Avortement : l'Ohio veut forcer les médecins à sauver les grossesses extra-utérines, un acte chirurgical impossible

Le projet de loi indique également que les médecins, femmes et filles de plus de 13 ans refusant d'obéir pourraient être condamnés à la prison à perpétuité, ou dans certains cas à la peine de mort.

C'est un acte médical impossible : dans l'État de l'Ohio, aux Etats-Unis, un projet de loi obligeant les médecins à réimplanter une grossesse extra-utérine dans l'utérus d'une femme a été déposé, relate le Guardian ce vendredi. Les médecins refusant la procédure pourraient être accusés de "meurtre par avortement", selon le projet. 

De la "pure science-fiction"

Lors d'une grossesse extra-utérine, l'ovule fertilisé se loge dans l'une des trompes de Fallope ou dans l'ovaire, au lieu de l'utérus. L’œuf doit obligatoirement être retiré, sans quoi la femme risque la mort. 

Obstétriciens et gynécologues ont déjà alerté les parlementaires de l'Ohio, expliquant qu'actuellement, une opération visant à réimplanter une grossesse extra-utérine dans l'utérus est irréalisable. En mai dernier, Daniel Grossman, chercheur en avortement et contraception, avait affirmé sur Twitter que cette technique était de la "pure science-fiction".

Un crime passible de la peine de mort

Cette loi punirait également les femmes et filles âgées d'au moins 13 ans si elles "pratiquent ou subissent" un avortement. Elles seraient alors accusées, comme les médecins, de "meurtre par avortement" passible de prison à perpétuité. Le projet présente également la création du crime de "meurtre par avortement aggravé", auquel cas la peine de mort serait possible. 

Mike Gonidakis, président du groupe anti-avortement "Ohio Right to Life", a refusé de commenter ce projet...

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :