Nous avons testé «Izy», le train pas cher entre Paris et Bruxelles

Delétraz, François
Le train vert Izy en gare de Bruxelles-midi / Eytan

Pour fêter le succès de ce train inauguré il y a un an et demi, Izy lance une promo avec deux billets pour le prix d'un. Nous avons fait le voyage.

Alléchante promotion: pour un billet Paris-Bruxelles acheté avant le 15 décembre et effectué jusqu'au 4 février, Izy offre le deuxième. Une manière pour ce train vert de se démarquer de son grand frère Thalys, le train rouge. Si Thalys multiplie les fréquences avec une vingtaine de trains par jour pour satisfaire une clientèle affaire, la ligne est souvent décriée pour ses prix élevés, surtout quand les billets sont achetés à la dernière minute. C'est donc pour répondre à la clientèle loisirs, beaucoup plus sensible au tarif, que Thalys a lancé Izy, une liaison quotidienne entre Paris et Bruxelles en semaine et biquotidienne les vendredis et dimanches dans les deux sens.

Originalité de ce train, il met 2h15 pour faire ce parcours contre 1h25 pour Thalys. Car pour réduire les coûts, Izy emprunte la voie ferroviaire classique en France au lieu de la ligne à grande vitesse. Grâce à cela, les prix sont imbattables: dès 15€ pour une place en strapontin, 19 € en seconde et 24 € en première. Pour un aller-retour les 13 et 14 décembre, les tarifs proposés étaient toutefois plus élevés pour le retour avec des billets seconde à 29 € et des billets première à 44 €. Avec Thalys, le même trajet était à 75 € en seconde et 105 € en première à l'aller comme au retour. D'où cette réflexion d'un passager: «Ça vaut la peine de mettre 45 minute de plus».

À l'intérieur le confort est très similaire à celui des TGV français, à ceci près que le bar n'est pas en service. Un contrôle d'accès est effectué à l'entrée de chaque voiture et les billets sont non-échangeables, non-remboursables et achetables uniquement sur internet. Autres contraintes: pas plus d'une valise par voyageur n'est acceptée et il faut aussi se présenter sur le quai 30 minutes avant le départ. En conclusion, on peut dire que (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Thalys crée une troisième classe 
La SNCF installe le low cost sur les rails 
Suisse: le TGV Lyria inaugure sa troisième classe haut de gamme 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages