«Nous avons pris perpétuité» : cinq ans après le drame de Millas, le procès débute à Marseille

© PASCAL PAVANI / AFP

Dans la commune de Millas, c'est un accident qui restera pour toujours dans les mémoires . Le 14 décembre 2017, un TER percute un car scolaire transportant des collégiens. Six d'entre eux décèdent et 17 autres sont blessés, dont certains lourdement. Cinq ans plus tard, à Marseille, s'ouvre ce lundi le procès de la conductrice du car, seule accusée, poursuivie pour homicide et blessures volontaires. Mais pour beaucoup de familles, cette audience qui doit durer trois semaines ne permettra ni d'éviter qu'une telle catastrophe se reproduise, ni de désigner les vrais responsables.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Moi personnellement, j'ai perdu un enfant. Mon fils n'était coupable de rien, moi je ne suis coupable de rien, ma femme n'est coupable de rien. Et pourtant, nous avons pris perpétuité". Dépité, Fabien Bourgeonnier, le père de Loïc décédé lors de l'accident, n'attend pas beaucoup de ce procès. Avec l'association "A la mémoire des Anges" qu'il a créé, il veut que cette audience serve à faire changer les choses et enfin sécuriser les passages à niveau.

Sécuriser les passages à niveau

"Je pense qu'il y a plein de choses à faire. Effectivement, ça a un coût financier, c'est sûr", explique-t-il au micro d'Europe 1. Et d'ajouter : "Mais qu'est-ce qui est plus coûteux ? Une vie ? Nous on a perdu six enfants et il y en a 17 autres qui sont traumatisés par ce drame."

"Peu importe le résultat du tribunal, ce qu'il faut travailler, c'est sur la sécurisatio...


Lire la suite sur Europe1