"Nous avons tous failli": Darmanin déplore la mort de l'adolescent de 14 ans tué à Marseille

·2 min de lecture
Gérald Darmanin ce jeudi soir sur BFMTV. - BFMTV
Gérald Darmanin ce jeudi soir sur BFMTV. - BFMTV

Un adolescent de 14 ans a été tué par balles et deux mineurs, l'un de 14 ans, l'autre de 8 ans, ont été blessés mercredi soir dans la cité des Marronniers, dans le 14e arrondissement de Marseille.

"L'enquête judiciaire le dira, mais tout montre qu'il s'agit de règlements de comptes liés au trafic de drogue. (...) Ces règlements de comptes touchent des quartiers où des gens courageux essaient de vivre", a réagi Gérald Darmanin, invité ce jeudi soir sur BFMTV.

Le ministre de l'Intérieur a ensuite affirmé qu'"un enfant de 14 ans qui meurt, c'est un échec pour toute la République, quand bien même il serait en lien avec un trafic".

"Nous avons tous failli. L'Éducation nationale, la sécurité, le fonctionnement d'un État, d'une collectivité, faillent lorsqu'un gamin de 14 ans est tué, lorsqu'un gamin de 14 ans est blessé", a-t-il poursuivi.

Onze morts depuis le début de l'année

Mercredi vers 22 heures, deux individus se sont présentés à scooter à proximité de la cité des Marronniers. Le passager du scooter est descendu du véhicule muni "d'une arme longue de type fusil d'assaut" et a tiré "en direction du point de guet situé avant l'entrée de la cité abritant la revente de stupéfiants", a précisé le parquet dans un communiqué. Les tirs ont atteint les deux adolescents de 14 ans. Présent sur place, l'enfant de 8 ans a été légèrement blessé à la tête dans des circonstances qui restent à confirmer.

Selon le parquet, l'un des adolescents, sans antécédent judiciaire est mort peu après son admission à l'hôpital. L'autre adolescent de 14 ans qui lui était suivi par un juge des enfants a été atteint à la jambe. Ses jours ne sont pas en danger. Sur place, 8 munitions de calibre 7,62 ont été retrouvées sur place et saisies.

Les deux personnes en scooter ont elles pris la fuite. L'enquête a été confiée à la Direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Marseille.

Onze personnes sont officiellement mortes depuis le début de l'année dans des règlements de compte, selon des chiffres de la préfecture de police de la mi-août.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles