Nous avons besoin d’Anticor

·1 min de lecture

Séverine Tessier et Jean-Christophe Picard, fondateurs d'Anticor, s'indignent après la mise en cause de l'association anti-corruption par plusieurs personnalités politiques.

En notre double qualité de cofondateurs et d’anciens présidents d’Anticor, nous souhaitons exprimer notre indignation face aux attaques délirantes qui ciblent cette association anticorruption dont le seul crime est d’avoir obtenu la condamnation de plusieurs responsables politiques.Rappelons que parmi la centaine de procédures dans lesquelles Anticor est actuellement engagée, certaines visent des proches du président de la République, soupçonnés d’avoir mélangé intérêts publics et privés.Nous affirmons notre entier soutien aux 5 000 adhérents de l’association et plus particulièrement à sa présidente, Élise Van Beneden.Les récents articles à charge parus dans certains médias semblent avoir pour seul objectif de déstabiliser l’association au moment du renouvellement de son agrément par le Premier ministre ; agrément qui permet à l’association de porter plainte avec constitution de partie civile dans les affaires de corruption. Les critiques relayées en boucle sont particulièrement ineptes…"Il existe, en effet, des désaccords à Anticor. Cela porte même un nom qui est loin d’être honteux : la démocratie !"Comment peut-on reprocher à l’association de ne pas divulguer le nom de ses donateurs puisque c’est la loi. Dans un courrier adressé à l’association, le 1er février 2021, la CNIL expliquera la...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record

"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80

"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19