"Nous avons assassiné des personnes innocentes": en Colombie, aveux historiques de militaires impliqués dans des massacres de civils

Une audience organisée par la Juridiction spéciale pour la paix (JEP) à Ocana, dans le nord de la Colombie, le 26 avril 2022.  - SCHNEYDER MENDOZA / AFP
Une audience organisée par la Juridiction spéciale pour la paix (JEP) à Ocana, dans le nord de la Colombie, le 26 avril 2022. - SCHNEYDER MENDOZA / AFP

Dans une reconnaissance sans précédent devant des familles de victimes, dix militaires à la retraite ont reconnu publiquement mardi leur responsabilité dans l'exécution de plus de cent civils en 2007 et 2008 en Colombie, présentés fallacieusement par l'armée comme des guérilleros tués au combat.

Ces aveux se sont déroulés lors d'une audience historique organisée par la Juridiction spéciale pour la paix (JEP) dans la région même du massacre, dans le département de Norte de Santander (nord), frontalier avec le Venezuela.

"L'heure de la vérité est enfin venue d'en terminer avec des décennies d'impunité"

Un général, quatre colonels, cinq militaires, tous retraités, et un civil ont reconnu leur participation dans le kidnapping de 120 jeunes dans la petite ville d'Ocana pour les assassiner de sang-froid et les présenter ensuite comme des membres des guérillas d'extrême gauche opérant dans la zone.

Ce mardi, une cinquantaine de proches des victimes ont pris place dans le théâtre universitaire d'Ocana pour cette audience où les ex-militaires étaient appelés à "s'expliquer clairement, répondre aux questions et surtout reconnaître leur responsabilité en direct, face aux victimes et au pays", selon la juge Catalina Diaz.

Souvent en larmes, les épouses, mères et soeurs des victimes faisaient face aux anciens militaires, en civil mais toujours le cheveux court. Figuraient parmi eux le général de brigade Paulino Coronado, plus haut gradé à comparaître. "Après des années de silence et de peur, l'heure de la vérité est enfin venue d'en terminer avec des décennies d'impunité", a expliqué la JEP dans une vidéo diffusée avant les déclarations des ex-soldats.

"Ceux que nous avons assassinés étaient de simples paysans"

"Je reconnais et j'accepte ma responsabilité comme co-auteur de ces crimes de guerre", a déclaré Nestor Gutierrez, un caporal à l'époque des faits et premier des mis en cause à s'exprimer.

"Nous avons assassiné des personnes innocentes (...) Je veux le souligner : ceux que nous avons assassinés étaient de simples paysans", a-t-il reconnu, évoquant "la pression du haut commandement" et ses "exigences de résultat".

Selon la JEP, quelque 6400 civils ont été exécutés entre 2002 et 2008 dans tout le pays en échange d'avantages matériels pour les militaires. A ce jour, une vingtaine d'entre eux ont reconnu leur responsabilité dans ces crimes.

Le haut commandement militaire et l'ex-président de droite Alvaro Uribe (2002-2008), alors à la tête du pays, ont toujours démenti une action systématique, parlant de "cas isolés".

La JEP juge les pires crimes du conflit qui a duré plus d'un demi-siècle et fait neuf millions de morts, disparus, kidnappés, mutilés et déplacés. Selon l'accord de 2016, ceux qui avouent leurs crimes et allouent des réparations à leurs victimes bénéficieront de peines alternatives à la prison. Les premières sentences sont attendues courant 2022.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles