Avoir un président de région candidat à la présidentielle? Le scénario divise les électeurs

Florian Bouhot
·2 min de lecture
Un homme met un bulletin dans l'urne au second tour des législatives, le 4 février 2018 à Belfort. (Photo d'illustration) - Sébastien Bozon - AFP - -
Un homme met un bulletin dans l'urne au second tour des législatives, le 4 février 2018 à Belfort. (Photo d'illustration) - Sébastien Bozon - AFP - -

Xavier Bertrand a ouvert le bal et il ne devrait pas tarder à être rejoint. S'il est bien en lice pour une réélection à la tête des Hauts-de-France, l'intéressé s'est également déclaré mercredi candidat au scrutin présidentiel de 2022. Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, respectivement présidents sortants d'Île-de-France et d'Auvergne-Rhône-Alpes, nourrissent également des ambitions nationales même s'ils n'ont pas encore officiellement posé leur candidature que ce soit pour la présidentielle ou pour les régionales.

Selon un sondage Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo et publié jeudi, on n'accueille pas ces candidatures multiples de la même manière. Si l'on prend en compte les trois régions, 54% des 1005 personnes interrogées estiment qu'avoir un nouveau président de région qui s'engage ensuite dans la course présidentielle est "une mauvaise chose".

Des points de vue divergents

C'est surtout en Île-de-France que cette opinion est tranchée. 59% des Franciliens sondés sont défavorables à l'idée de voir la tête de l'exécutif francilien briguer la présidence de la République.

Les habitants d'Auvergne-Rhône-Alpes sont davantage partagés. 50% d'entre eux y voient une "mauvaise chose" quand 49% y voient "une bonne chose". 1% des personnes interrogées ont choisi de ne pas se prononcer sur la question.

Dans les Hauts-de-France en revanche, la donne est totalement différente. Selon le sondage, les habitants de la région sont 64% à trouver légitime d'être candidat à la présidentielle lorsqu'on vient d'être élu président de région.

LR plutôt pour, LaREM plutôt contre

Selon les sensibilités politiques, les avis divergent aussi sur la question. Les sympathisants Les Républicains (LR) - famille politique à laquelle ont appartenu ou appartiennent Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez - voient d'un bon œil une candidature de leur président de région à la présidentielle. Du côté du Rassemblement national également, 52% des sympathisants sondés estiment qu'il s'agirait d'"une bonne chose".

S'agissant des partis de gauche (La France Insoumise, Parti socialiste et Europe Écologie Les Verts), ils sont entre 55 et 56% à estimer qu'avoir un président de région qui s'engagerait pour la présidentielle serait "une mauvaise chose".

C'est du côté de La République en Marche (LaREM) que cette perspective attire le moins, avec 63% des sondés qui sont opposés à cette idée. À ce jour, aucun président de région ne porte l'étiquette du parti présidentiel.

Si l'élection de 2022 n'est pas menacée de report pour cause de crise sanitaire, les élections régionales et départementales, elles, le sont. Fixé en juin prochain, le scrutin doit faire l'objet d'un avis du Conseil scientifique. Celui-ci sera rendu dimanche.

Article original publié sur BFMTV.com