Avoir froid chez soi pourrait nuire à la santé mentale

Avoir froid chez soi peut faire renoncer à inviter du monde et provoquer une forme d'isolement social néfaste à la santé mentale.  - Credit:TOMASELLI Antoine / MAXPPP / PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Avoir froid chez soi peut faire renoncer à inviter du monde et provoquer une forme d'isolement social néfaste à la santé mentale. - Credit:TOMASELLI Antoine / MAXPPP / PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

La nouvelle fait froid dans le dos alors que la hausse des prix de l'énergie nous invite à limiter le chauffage. Selon une étude britannique publiée dans la revue spécialisée ScienceDirect, portant sur près de 100 000 individus, vivre dans une maison « froide » serait associé à un risque accru de développer une « détresse mentale grave ». Ainsi, le risque de développer une détresse mentale grave doublerait chez les personnes vivant dans un environnement froid et qui n'avait pourtant aucun antécédent de troubles mentaux auparavant. Pire, ce risque triplerait en cas d'antécédents.

Les autrices de cette étude avancent plusieurs raisons à cet inquiétant constat. Tout d'abord, vivre dans un environnement peu ou pas chauffé peut être une source de stress : peur de tomber malade, risque lié à l'humidité, stress de devoir allumer le chauffage et donc de dépenser plus d'argent. « Le fait de ne pas pouvoir chauffer confortablement sa maison et sa famille réduit le sentiment de contrôle sur son environnement », expliquent aussi les chercheuses. Ensuite, un logement peu chauffé n'est de fait pas « chaleureux », les occupants peuvent dès lors ne plus vouloir inviter de monde chez eux et sont alors en proie à l'isolement. Enfin, avoir froid chez soi pourrait nuire à la qualité de son sommeil en affectant le sommeil réparateur.

Par ailleurs, l'étude explique que certaines personnes sont plus vulnérables que d'autres aux effets du froid en raison d'un plus grand temps passé [...] Lire la suite