Avoir un enfant diminue de 60% vos chances d'accéder aux meilleurs postes... si vous êtes une femme

Chloé Friedmann
/

Près des deux-tiers des mères rencontreraient plus de difficultés que les pères pour accéder aux 1% des emplois les mieux rémunérés, a révélé une nouvelle étude, publiée par l'Insee le jeudi 18 juin. Le document pointe également du doigt les inégalités persistantes de temps de travail.

Entre charge mentale et risque accru d'accident cardiaque, les femmes ont subi de plein fouet les effets du confinement. Si les inégalités entre les femmes et les hommes ont pu être exacerbées par le télétravail, analysait récemment le docteur en économie Benoît Meyronin dans les colonnes de Forbes, ces écarts persistent de manière plus globale. Une nouvelle étude de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), basée sur des données de 2017 et publiée le jeudi 18 juin, pointe du doigt les inégalités salariales, hiérarchiques ou de temps de travail entre les sexes.

Le document évoque notamment la probabilité pour les mères de famille d'accéder aux 1% des emplois les mieux rémunérés. Et le résultat est accablant. Elles ont en effet 60 % moins de chances que les pères de famille d'occuper ces postes. De fait, les inégalités d'accès aux emplois les mieux rémunérés sont beaucoup plus importantes entre les mères et les pères qu'entre les femmes et les hommes sans enfant. La probabilité d'accès des femmes sans enfants à ces emplois est, elle, de 30% inférieure à celle des hommes sans enfants. Les inégalités salariales pour les parents en équivalent temps plein (EQTP) - pour un même volume de travail - sont, par ailleurs, très marquées parmi ceux qui ont plusieurs enfants, indique l'étude.

Des disparités liées au nombre et à l'âge des enfants

La rémunération d'une mère de deux enfants est inférieure de 21% à celle d'un père de deux enfants. À partir de trois enfants, une femme gagne en moyenne 31% de moins qu'un homme. L'écart salarial entre une mère et le père (...)

Lire la suite sur Figaro.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

Charge mentale, effets sur la santé... le télétravail creuse les inégalités entre les genres, et entre les femmes
Charge mentale en confinement : "L’impression de vivre la vie d'une femme au foyer des années 1950"
Déconfinement : accusée de sexisme, la Tunisie renonce à un décret assignant des mères à résidence
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame