Des avocats de victimes de Jeffrey Epstein déplorent la réapparition publique du prince Andrew

Le prince Andrew le 17 avril 2021 au château de Windsor, à l'ouest de Londres - CHRIS JACKSON © 2019 AFP
Le prince Andrew le 17 avril 2021 au château de Windsor, à l'ouest de Londres - CHRIS JACKSON © 2019 AFP

La réapparition publique du prince Andrew, accusé d'agressions sexuelles, ne passe pas auprès de certains. L'homme, qui a été accusé par Virginia Giuffre de l'avoir agressée sexuellement en 2001, alors qu'elle était âgée de 17 ans, avait grandement limité ses apparitions publiques depuis plusieurs mois. Cette affaire était liée à celle du milliardaire Jeffrey Epstein, que de nombreuses femmes ont accusé d'avoir organisé un trafic sexuel. Virginia Guiffre affirme que le prince Andrew y a participé.

A la suite du décès de sa mère, la reine Elizabeth, Andrew est réapparu devant les caméras du monde entier, participant par exemple à la procession du cercueil de la reine à Edimbourg, puis à Londres. Selon des avocats des victimes de Jeffrey Epstein, la vision du prince dans les médias est difficile pour les femmes ayant dénoncé les agissements du milliardaire.

Mariann Wang, qui a représenté plus d'une douzaine de survivants d'Epstein, estime qu'il est "plus qu'honteux de voir Andrew se voir accorder toute forme d'honneur ou de privilège parrainé par l'État, étant donné son affiliation passée avec Jeffrey Epstein", rapporte The Guardian.

"Les femmes courageuses qui se sont manifestées pour demander des comptes à Epstein, Maxwell et d'autres méritent mieux", poursuit l'avocate.

Andrew pris à partie à Edimbourg

Spencer T Kuvin, également avocat de plusieurs victimes d'Esptein, a déclaré au Guardian comprendre "le niveau de frustration et le sentiment" de la personne ayant pris à partie le prince Andrew lors de la procession du cercueil de la reine à Edimbourg. L'homme a crié "Andrew, you're a sick old man" ("Andrew, tu es un vieux pervers") et "disgusting" ("dégoutant") à l'attention du fils d'Elizabeth II qui marchait alors derrière le corbillard, ce lundi.

"On veut honorer la mémoire d'un monarque très respectable qui a servi pendant 70 ans - je comprends que ce n'est probablement pas le bon endroit ou le bon moment pour crier quelque chose à des funérailles - mais en fin de compte, on veut aussi reconnaître le fait qu'[Andrew] ne devrait pas être autorisé publiquement à bénéficier de la société et de ces organisations, étant donné son passé et il devrait être tenu responsable par le public".

En février, un accord à l'amiable avait été conclu entre le prince Andrew et Virginia Giuffre, évitant à l'homme de devoir comparaître lors d'un procès. En raison de cette affaire, le prince Andrew avait été mis au ban de la famille royale en janvier. Tous ses titres militaires lui avaient été retirés, raison pour laquelle il ne se présente pas en uniforme lors des cérémonies d'hommage à sa mère, et il ne représentait plus la famille royale lors d'événements publics. Il n'est d'ailleurs plus désigné comme "son altesse royale" et s'est retiré des réseaux sociaux.

Article original publié sur BFMTV.com