Les avocats "en défense de la défense" après l'expulsion d'un des leurs lors d'une audience

AL
·2 min de lecture
Des avocats réunis en soutien à Me Paul Sollacaro, à Aix-en-Provence, le 17 mars 2021. - NICOLAS TUCAT
Des avocats réunis en soutien à Me Paul Sollacaro, à Aix-en-Provence, le 17 mars 2021. - NICOLAS TUCAT

Des dizaines d'avocats se sont rassemblés "en défense de la défense" ce mercredi à travers la France, à Aix-en-Provence notamment, après l'expulsion d'un des leurs, Me Paul Sollacaro, par des policiers, une semaine plus tôt, devant le tribunal correctionnel de la ville.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Je n'avais jamais vu ça en 40 ans de barre", a témoigné Me Benoît Hubert, venu devant le palais de justice d'Aix-en-Provence en début d'après-midi avec quelque 200 collègues de tout le sud de la France: "Nous sommes là en défense de la défense, si la voix de l'avocat n'est plus entendue, le justiciable n'est plus entendu".

Parmi les dizaines de robes noires à Aix, celle de Me Paul Sollacaro, fils du bâtonnier d'Ajaccio Antoine Sollacaro, assassiné en 2012 en Corse, une affaire dans laquelle des membres de la bande criminelle du "Petit Bar" sont mis en examen.

"Révolté et scandalisé"

Une semaine après son expulsion de force, jeudi, alors qu'il assistait un prévenu dans un dossier de trafic de drogue, "la colère et le traumatisme sont toujours là", a-t-il assuré à la presse, en dénonçant "la violence judiciaro-policière".

"Je suis toujours autant révolté et scandalisé", a insisté l'avocat qui a déposé plainte pour violences aggravées contre le magistrat qui l'a fait expulser, Marc Rivet, et contre les policiers qui l'ont traîné hors de la salle.

Son client ayant été testé positif au Covid-19, l'avocat du barreau de Nice avait demandé la disjonction de son cas. Une requête rejetée par le président d'audience, qui s'était également opposé à ce que le prévenu se présente devant le tribunal. Après de vifs échanges entre l'avocat et le magistrat, le président avait demandé l'intervention de la police pour l'expulser.

L'Inspection générale de la Justice saisie

Parlant d'un "incident d'audience grave", le premier président de la cour d'appel d'Aix-en-Provence avait reconnu dans un communiqué qu'ordonner l'éviction d'un avocat était "une décision rare et extrême, tout comme l'a été le comportement de l'avocat concerné".

"Ce qui est grave, c'est le contenu de ce communiqué", a répondu Me Sollacaro ce mercredi en assurant qu'il "rapporte des mensonges" et qu'il allait saisir le Conseil supérieur de la magistrature.

"A ma connaissance, c'est la première fois de l'histoire moderne que ça se passe comme ça, depuis que les droits de la défense sont consacrés", a plaidé le bâtonnier de Besançon, Me Mikaël Le Dennat. Le gouvernement a annoncé mardi la saisine de l'Inspection générale de la Justice. "Les conclusions" de cette enquête "devront être remises dans une quinzaine de jours au plus tard", a assuré le porte-parole du gouvernement.

Article original publié sur BFMTV.com