Les avocats de Cédric Jubillar vont déposer une nouvelle demande de remise en liberté

·2 min de lecture

Cédric Jubillar a été mis en examen en juin dernier pour "meurtre aggravé" et placé en détention provisoire dans l'affaire de la disparition de son épouse Delphine Jubillar.

Les avocats de Cédric Jubillar déposeront ce mercredi une nouvelle demande de mise en liberté de leur client, a appris BFMTV, confirmant une information du Parisien. En parallèle les avocats prévoient de déposer d'ici quelques jours une requête en nullité de la mise en examen du mari de Delphine Jubillar, détenu depuis sa mise en examen le 18 juin dernier.

Ils dénoncent aussi ce qu'ils considèrent comme une faille dans l'instruction en cours: la couette saisie au domicile du couple (qui aurait été lavée le soir de la disparition et apparait comme un élément à charge) n'est partie à l'analyse que fin juillet/début aout. Tout comme l'eau du siphon saisie. Ces deux éléments importants auraient dû être analysés bien plus tôt, selon les avocats.

Une précédente demande de remise en liberté rejetée

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse avait rejeté en juillet la demande de remise en liberté du mari de l'infirmière Delphine Jubillar, disparue depuis le 16 décembre 2020. Cédric Jubillar a été mis en examen pour meurtre et écroué le 18 juin. Ses avocats estimaient qu'il n'y avait dans ce dossier "aucune preuve" de la culpabilité de leur client, un peintre-plaquiste de 34 ans, qui clame son innocence.

Le corps de l’infirmière de 33 ans, qui vivait dans le village de Cagnac-les-Mines (Tarn) avec son mari et leur deux enfants, n'a pas été retrouvé. Le couple était en instance de divorce. Près de sept mois après la déclaration de la disparition dans la nuit du 15 au 16 décembre, par le mari, les enquêteurs privilégient la thèse criminelle.

Lors de la conférence de presse annonçant la mise en examen de Cédric Jubillar, le procureur de Toulouse Dominique Alzéari avait insisté sur un "contexte de séparation très conflictuel". Il avait décrit Cédric Jubillar comme ayant "de très grandes difficultés, affectives et matérielles, à accepter cette séparation", précisant qu'il la surveillait, se montrait "intrusif", parfois "brutal et agressif".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles