Les avocates de Redoine Faïd contestent son isolement

·1 min de lecture

En maintenant à plusieurs reprises Redoine Faïd à l'isolement depuis sa réincarcération en octobre 2018, le juge Gentil est-il allé trop loin? C'est la question posée par les deux avocates du braqueur, Yasmina Belmokhtar et Marie Violleau, qui décrivent sévèrement les conditions de détention de leur client, "détenu particulièrement signalé" en raison de ses deux évasions spectaculaires en 2013 et 2018. Tous les jours depuis deux ans et demi, l'homme de 48 ans "se parle à lui-même" dans sa cellule de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), l'une des prisons les plus sécurisées de France.

Fouillé à nu et menotté à chacun de ses déplacements, il demeure seul dans la cour de promenade au ciel grillagé ou dans la salle de sport aménagée dans la cellule voisine de la sienne. Lors de ses parloirs - moins de dix par an -, il est séparé de ses proches par une vitre en Plexiglas. Des mesures drastiques uniques en France, plus sévères que celles imposées à Salah Abdeslam, qui sera jugé cette année pour les attentats de novembre 2015.

Faïd "est à l'isolement depuis huit ans"

Depuis l'ouverture de l'information judiciaire en 2018, le juge Jean-Michel Gentil a systématiquement reconduit son isolement. Et ce malgré les décisions contraires de deux juges des libertés et de la détention (JLD). Or, un médecin qui a examiné le braqueur a rappelé en mars dernier "les graves troubles somatiques et psychiques" que peut créer l'isolement de longue durée. Qualifié de "torture blanche" par la Commission nat...


Lire la suite sur LeJDD