Un avocat jugé pour avoir poignardé à mort l'amant de sa compagne

Par Valentine Arama avec AFP

Le procès de cet homme se tient jusqu'à vendredi au Palais de Justice de Paris. (Ici, la salle dite des « pas perdus »)

Depuis le 4 octobre, cet avocat parisien de 34 ans comparaît devant la cour d'assises de Paris. Il encourt jusqu'à trente ans de réclusion.


Une relation « chaotique », des infidélités et un « accès de rage »… Depuis le vendredi 4 octobre, un avocat comparaît devant la cour d'assises de Paris pour avoir poignardé à mort l'amant de sa petite amie. L'affaire remonte à la nuit du 4 au 5 janvier 2017. Ce soir-là, ce Bordelais d'origine revient, de manière inopinée, à son domicile, situé rue Rameau, dans le 2e arrondissement de Paris, avec un sac rempli de vivres pour le dîner, et tombe sur sa compagne et son amant au lit. Il serait alors entré dans un « état de rage », avant de saisir un couteau dans la cuisine et de poignarder sa victime. Un coup au niveau du cœur qui lui sera fatal.

Sur place, les enquêteurs découvrent l'avocat assis dans la rue. À ses côtés se tient un témoin qui circulait à vélo. Il raconte aux policiers qu'il a trouvé l'agresseur présumé au sol, s'est inquiété de son état de santé et s'est arrêté. Ce dernier lui a alors demandé son téléphone « pour appeler la police, car il venait de tuer un homme ».

« C'est un crime passionnel, ça se défendra très bien au pénal »

Pendant l'enquête, la jeune femme, qui avait 26 ans à l'époque des faits, a expliqué que son compagnon avait eu le regard « froid et vide » au moment d'agir et qu'il aurait notamment déclaré à son endroit : « C'est un crime passionnel, ça se défendra très bien au pénal. » Des mots que l'accusé nie avoir prononcés.

Rapidement alertés par l'accusé lui-même, les secours n'étaient pas parvenus à réanimer l'amant. Étudiant en biologie, il rédigeait une thèse et s'était engagé quinze jours plus tôt dans une relation intime avec la jeune femme, sans savoir qu'elle avait un compagnon. Entendu par les enquêteurs, l'ex-avocat a raconté avoir « ressenti une énorme douleur » et avoir « voulu la restituer », (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Violences conjugales : « Notre seul mot d’ordre est la protection des victimes »
Un homme gagne son procès contre l’amant de sa femme, pour « privation affective »
Une carte de l'Institut du monde arabe fait abstraction d'Israël
Lubrizol : le parquet de Paris reprend la main sur l'enquête
Recevez la newsletter Le Point.fr