Publicité

Avion : voici les vols intérieurs courts qui sont désormais officiellement interdits

C'est désormais acté. Si le voyage par les rails dure moins de 2h30, les usagers devront prendre le train. Les vols intérieurs courts sont désormais interdits. Le décret a été publié au Journal officiel ce mardi 23 mai. "Cette mesure est une première mondiale qui s'inscrit pleinement dans la politique du Gouvernement d'encourager le recours à des modes de transport moins émetteurs de gaz à effet de serre", a réagi le ministre des Transports, Clément Beaune, cité par BFM TV.

Cette mesure était l'une des dispositions phares de la loi "Climat et Résilience" de 2021, proposée lors de la Convention citoyenne pour le climat. En décembre 2022, elle avait obtenu le feu vert de la Commission européenne et du Conseil d'État après une plainte d'une partie du secteur aérien qui la jugeait contraire au principe de libre prestation et inadapté à la lutte contre le changement climatique.

Mais cette interdiction ne s'applique pas aussi facilement qu'il y paraît. Pour supprimer un vol, il faut que la gare et l'aéroport soient dans la même ville. Ainsi, pour l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, c'est la gare à grande vitesse desservant l'aéroport qui est à prendre en compte, et non les gares de la capitale intra-muros. "Les fréquences doivent être suffisantes et les horaires appropriés, compte tenu des besoins de transport des passagers empruntant cette liaison, notamment en matière de connectivité et d'intermodalité, ainsi que des reports de trafic qui seraient entraînés par l'interdiction", ajoute (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici le nouvel indicateur pour comparer le tarif des contrats de gaz, cette norme qui va faire grimper le prix des voitures… Le flash éco du jour
Moins de vaches pour diminuer la pollution : un rapport de la Cour des comptes échauffe les éleveurs
Les départements où les médecins sont les plus ciblés par les violences
La France aura 100% du capital d'EDF au 8 juin, veut les "prix les plus bas possibles" pour les clients
Matières premières : le "calme avant la tempête" pour les métaux rares