Avignon: la Sud-Africaine Dada Masilo danse «Le Sacrifice» tout en beauté

Pour sa nouvelle création présentée au Festival d’Avignon, la chorégraphe sud-africaine s’est inspirée très librement du célèbre Sacre du printemps de Stravinsky. Célèbre pour ses réinterprétations très originales et afro-contemporaines du répertoire classique occidental, comme Roméo et Juliette, Carmen, Le Lac des cygnes ou Giselle, Dada Masilo ose Le Sacrifice tout en amour et beauté. Entretien.

RFI : Pourquoi était-il si important pour vous de lier Le Sacrifice, votre interprétation inspirée par Le Sacre du printemps, à la danse rituelle tswana du Botswana ?

Dada Masilo : Le tswana est ma langue, mon héritage, ma culture, mais je n'ai jamais appris la danse tswana auparavant. Quand j'avais douze ans, j'ai appris la danse classique, la danse contemporaine et le flamenco, mais je n'avais pas appris la danse tswana. Il m'a semblé très important d'apprendre la danse tswana pour Le Sacrifice, juste pour entrer en contact avec mes propres racines.

À la fin de la pièce, vous dansez un incroyable duo avec la merveilleuse chanteuse d’opéra Ann Masina qui vous prend dans ses bras et dans son âme. Votre interprétation du Sacrifice est-elle moins centrée sur la mort et la cruauté, mais plus sur la profondeur, l'amour et la beauté ?

Igor Stravinsky et Vaslav Nijinsky, en 1913, en créant Le Sacre du printemps, ont changé la musique et la façon de chorégraphier au XXe siècle. Avec votre musique et votre chorégraphie, que voulez-vous changer au XXIe siècle ?


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles