Avez-vous entendu parler du greenwashing ?

·2 min de lecture

Le greenwashing, ou écoblanchiment, est le terme utilisé pour décrire les entreprises qui se disent écologiques, c’est-à-dire respectueuses de l’environnement, mais qui ne le sont pas vraiment.

Une entreprise qui pratique le greenwashing tient des discours et organise des campagnes qui prétendent respecter l’écologie, afin de faire croire qu’elle souhaite protéger l’environnement, et ainsi séduire le public toujours plus soucieux de l’avenir de la planète.

Ce type de propagande mensongère permet à l’entreprise de manipuler le consommateur en apparaissant durable, mais sans rien faire pour l’écosystème. Il s’agit tout simplement d’une tactique pour duper le public.

Des entreprises font semblant de se préoccuper de questions comme le recyclage. Les consommateurs pensent alors être utiles en achetant leur service ou produit, alors que, dans la pratique, l’entreprise ne contribue pas réellement à la protection de l’environnement.

Des cas célèbres de greenwashing

Un célèbre cas de greenwashing a eu lieu au Canada en 2008, lorsque Nestlé a publié la campagne suivante : “L’eau en bouteille est le produit de consommation le plus respectueux de l’environnement au monde”.

Les groupes de protection de l’environnement ont immédiatement demandé à ce que la publicité soit retirée, affirmant que l’eau en bouteille faisait partie des plus grands pollueurs des océans. L’entreprise a dû mettre un terme à sa campagne suite à cette plainte.

L’entreprise Nestlé a également été critiquée et accusée de greenwashing par Greenpeace après avoir annoncé que tous ses emballages plastiques seraient entièrement recyclés d’ici 2025. L’organisation environnementale a critiqué le manque de transparence entourant cette mesure, qui n’annonçait pas clairement les objectifs fixés pour la date en question.

Les activistes ont également souligné que les grandes entreprises devraient agir sur la pollution déjà présente dans nos mers et océans, et ne pas se contenter d’intégrer de nouveaux plastiques dans ce cycle.

Walmart, aux États-Unis, est un autre cas célèbre. En 2017, la chaîne de supermarchés a été condamnée à verser un million de dollars après avoir vendu des produits qui présentaient des informations inexactes sur la présence de plastique.

VIDÉO - Manifestation d'activistes climatiques dans la dernière ligne droite de la COP26

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles