Aveyron : en visite à l'usine Bosch, la ministre Agnès Pannier-Runacher a été chahutée par des manifestants

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Visite ministérielle mouvementée en Aveyron. La ministre déléguée chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a été chahutée, vendredi 19 mars, par les salariés de l'usine Bosch de Rodez, après une réunion consacrée à l'avenir du site où la direction veut supprimer 750 emplois. "Je suis de votre côté, je veux vous parler les yeux dans les yeux", a lancé la ministre sans parvenir à calmer les sifflets et les protestations de 1 200 manifestants, selon les syndicats, 800 selon la police, venus exprimer leurs inquiétudes.

"Aujourd'hui, les engagements n'ont pas été satisfaisants", a-t-elle admis face à des salariés qui estiment que le gouvernement a lâché la filière diesel. Le 5 mars, l'équipementier automobile allemand a annoncé qu'il allait supprimer, d'ici à 2025, quelque 750 emplois dans son usine aveyronnaise qui produit des injecteurs pour moteur diesel. Le site ne conserverait ainsi que 500 salariés. "Le projet qui est proposé n'est pas suffisamment étayé, pas suffisamment crédibilisé", a estimé la ministre après avoir rencontré la direction de Bosch et son PDG France, Heiko Carrie, en présence des représentants des salariés.

"En mode commando"

Selon Agnès Pannier-Runacher, l'équipementier a exprimé "plusieurs pistes de diversification", la première en rapatriant "des éléments confiés à d'autres sites", la deuxième "en faisant de Rodez l'usine mère pour des procédés hydrogènes pour des camions frigorifiques", ou encore en implantant "un incubateur pour d'autres (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi