Aveyron : Lâchés par Renault, les espoirs des salariés de la fonderie automobile SAM douchés

·1 min de lecture

SOCIAL - Le groupe Renault a indiqué qu’il ne soutiendrait pas le projet de reprise de la petite fonderie automobile aveyronnaise SAM, placée en liquidation judiciaire. Une liquidation définitive semble inéluctable

Le tribunal de commerce de Toulouse avait donné jusqu’à ce mercredi à Renault pour se prononcer sur le projet de reprise de la fonderie aveyronnaise SAM, placée en liquidation judiciaire depuis septembre dernier, avec prolongation d’activités pour les quelque 350 salariés jusqu’au 10 décembre. Mais le couperet est tombé dès mardi soir par un communiqué du groupe automobile. Ce dernier a estimé que le projet porté par Patrick Bellity, patron de l’entreprise Alty-Sifa, ne présentait pas « les conditions de pérennité et de sécurité nécessaires ».

Le constructeur, « regrette cette situation, mesure les conséquences de sa décision et poursuivra le dialogue avec les salariés de SAM afin de leur proposer des solutions alternatives d’emploi au sein du Renault Group ». Et c’est bien ce que lui demande le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire si le tribunal de commerce de Toulouse prononce la liquidation judiciaire ce vendredi.

(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Loiret : La liquidation d’Office Dépôt est un « énorme gâchis », dénoncent les salariés
Affaire Tapie : Après la mort de l'homme d'affaires, trois questions sur de la décision de la cour d'appel attendue ce mercredi
Morbihan : La direction de la Fonderie de Bretagne promet « du travail jusqu’en décembre »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles