Avec leurs vidéos de faits divers, ces nouveaux détectives passionnent les réseaux sociaux

Myriam Roche
·Journaliste Life
·1 min de lecture
Avec leurs vidéos de faits divers, ces nouveaux détectives passionnent les réseaux sociaux
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

FAITS DIVERS - BFMTV a lancé un compte spécial dédié aux faits divers sur TikTok, “Affaire suivante”. La Voix du Nord a également dévoilé un podcast sur la même thématique, “Affaires sonores”. Si les faits divers ont toujours fait partie des sujets largement abordés par les médias traditionnels, ils les déclinent désormais également sur les réseaux sociaux. Et ce n’est sans doute pas un hasard, car désormais youtubeurs et autres utilisateurs des plateformes ont pris l’habitude de raconter ces histoires de meurtres ou de disparitions.

Pourquoi est-ce que ces sujets enregistrent des centaines de milliers de vues sur les réseaux sociaux? Qu’y a-t-il de différent avec les nombreuses émissions de télévision qui reconstituent des faits divers? Le HuffPost LIFE a mené l’enquête, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

Des sujets qui créent du lien social

Les faits divers sont l’un des sujets qui font facilement parler. À la boulangerie, entre collègues ou entre amis, il n’est pas rare de discuter de ce que l’on a appris sur telle ou telle affaire. ”Ça permet d’interagir avec beaucoup plus de personnes, que l’on ne connaît pas forcément”, indique au HuffPost LIFE, Lucie Jouvet, maîtresse de conférence en sociologie et en anthropologie. ”Ça permet également de constituer des liens sociaux avec ses congénères”.

Il suffit de regarder les commentaires sous les vidéos YouTube de “True Crime” (le nom donné aux contenus sur les faits divers). Victoria Charlton est l’une des youtubeuses francophones les plus suivies avec plus de 500.000 abonnés. Elle vient de faire paraître...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.