Avec la crise du coronavirus, le plastique revient en force

Claire Digiacomi
Avec la crise du coronavirus, le plastique à usage unique fait son grand retour (Image d'illustration le 13 mars au Caire, en Égypte).

CORONAVIRUS - En ce long week-end de l’Ascension, le deuxième depuis le 11 mai et le déconfinement progressif en France, vous avez peut-être prévu de retrouver des proches autour d’un pique-nique au grand air. Et peut-être avez-vous choisi, alors que des dizaines de contaminations au nouveau coronavirus sont encore dénombrées chaque jour, de vous simplifier la vie: des plats déjà préparés et individuels, des bouteilles d’eau pour chacun et des couverts en plastique jetables. Vous n’êtes pas seul.

Alors qu’il était pointé du doigt depuis des années pour ses effets néfastes sur l’environnement, le plastique fait son grand retour dans la vie des consommateurs à la faveur de la crise du Covid-19: augmentation des commandes de produits préemballés via les drives, utilisation massive de gants et masques de protection, explosion de la demande de bouteilles individuelles de gel hydroalcoolique, installation de vitres en plexiglas dans les commerces et services...

Des modes de consommation différents

Chez Elior, l’un des trois géants de la restauration scolaire en France, le retour à la normale n’est pas pour tout de suite. Compte tenu des contraintes sanitaires, les carafes ont été remplacées par des bouteilles d’eau individuelles et les couverts sont désormais jetables dans les cantines qui ont rouvert.

En France, 40% de l’utilisation du plastique est consacrée aux emballages. Au début de la crise, fin mars, la fédération professionnelle du secteur de l’emballage plastique, Elipso, avait enregistré un bond de 30% de production en plus, principalement dans les secteurs alimentaire, de l’hygiène et de la détergence.

La situation est désormais quelque peu stabilisée, notamment parce qu’on ne voit plus les “effets de stockage” de denrées emballées comme au début de la crise, note Emmanuel Guichard, délégué général d’Elipso, contacté par Le HuffPost. Mais ce dernier constate toujours un “report de la restauration hors domicile (cantines, fast-foods, restaurants) vers la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post