AVC : êtes-vous à risque ? 10 questions à se poser

L’AVC est une lésion, voire une destruction, d’une zone du cerveau. Dans 80 % des cas, il est causé par un caillot qui bouche une artère, on parle d’infarctus cérébral. Dans 20 % de cas, l'artère éclate, le plus souvent sous l'effet du vieillissement de la paroi artérielle et de l’hypertension. “L’AVC est l’une des maladies les plus graves qui existent, compte tenu du handicap qui en découle, à la fois physique et mental”, rappelle le Pr Amarenco.

Un français sur 5 et près d’une française sur 4 aura un AVC au cours de sa vie. L’accident vasculaire cérébral est notamment responsable du décès de 18.200 femmes chaque année en France, c’est plus que le cancer du sein (13.000 décès) ou que l’infarctus (14.000 décès). “Enjeu majeur de santé public, l’AVC souffre toutefois d’un déficit de médiatisation, notamment parce que c’est une maladie qui fait peur aux gens”, observe le neurologue. Il est pourtant crucial d’informer la population sur la réalité de cette maladie et les différents facteurs de risques.

Il existe depuis 30 ans un traitement contre l’AVC en phase aiguë et des progrès dans la guérison de l’AVC ont été importants ces dix dernières années, notamment grâce à la thrombectomie. “On guérit de plus en plus de l’AVC, mais cela reste confidentiel. Seulement 40 % des gens guérissent, avec ou sans traitement, et 60 % des malades ont des séquelles plus ou moins sévères de leur AVC.”, rappelle le neurologue.

Ce dernier insiste en revanche sur un fait capital : l’AVC est une maladie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite