Les avantages du vaccin AstraZeneca restent supérieurs aux risques, dit l'EMA

·2 min de lecture
LES AVANTAGES DU VACCIN ASTRAZENECA RESTENT SUPÉRIEURS AUX RISQUES, DIT L'EMA

AMSTERDAM (Reuters) - Les avantages du vaccin contre le coronavirus d'AstraZeneca restent supérieurs aux risques qu'il implique, a déclaré mardi la directrice générale de l'Agence européenne des médicaments (EMA) après la décision de plusieurs pays de l'Union de suspendre l'utilisation de ce vaccin en raison des craintes d'effets secondaires graves.

Rien pour l'instant ne permet de conclure que les cas "très rares" de thrombose rapportés chez des personnes ayant reçu ce vaccin ont été causés par celui-ci, a dit Emer Cooke lors d'une conférence de presse en ligne, tout en précisant que les experts de l'EMA étudiaient néanmoins la possibilité de l'existence d'un tel lien.

La confiance dans la sécurité des vaccins est fondamentale et l'EMA procède à une évaluation au cas par cas des incidents signalés, a-t-elle assuré.

"Les bienfaits continuent de dépasser les risques mais c'est un motif de préoccupation grave et cela nécessite une évaluation scientifique sérieuse et détaillée. C'est ce dans quoi nous sommes engagés pour l'instant", a ajouté Emer Cooke.

Les conclusions de cette évaluation seront débattues par les responsables de l'EMA jeudi et les résultats seront ensuite rendus publics, a-t-elle précisé.

Par ailleurs, les agences sanitaires européennes travaillent à rassembler et à fournir les informations manquantes aussi vite que possible, ajoute l'EMA.

La Suède et la Lettonie ont à leur tour suspendu mardi l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca, comme l'avaient fait avant elles une dizaine de pays de l'UE dont l'Allemagne, la France et l'Italie, après des signalements de cas de thrombo-embolie, la formation de caillots sanguins, chez des personnes ayant reçu le vaccin peu auparavant.

D'autres Etats membres, comme la Belgique, ont au contraire dit préférer poursuivre la vaccination au regard de l'évaluation des risques de décès supplémentaires du COVID-19 qu'impliquerait sa suspension.

(Toby Sterling et Bart Meijer, version française Marc Angrand)