Avant Teheiura de "Koh-Lanta", d'autres affaires de triche ont secoué les jeux télé

·5 min de lecture
Teheiura est exclu de
Teheiura est exclu de

TÉLÉVISION - Non, Teheiura n’est pas le premier et ne sera sans doute pas le dernier. Ce mardi 9 novembre, le candidat phare de Koh-Lanta: La légende a été exclu du jeu télévisé de TF1. Et pour cause, il a reconnu avoir triché.

“J’ai mangé deux fois, confirme en larmes l’aventurier qui participait à son cinquième Koh-Lanta. La tentation a été trop forte. Même moi, je ne me comprends pas à ce moment-là, raconte-t-il en mimant le geste avec lequel il a demandé de la nourriture à un pêcheur. Je ne cherche même pas d’excuses. [...] J’ai failli à une règle que j’ai acceptée.”

C’est un coup de tonnerre pour la célèbre émission de télé-réalité. Cependant, dans le petit monde des jeux TV, ce n’est pas une première en France. En 2020, par exemple, Nagui, très vigilant, a surpris un des participants de son émission Tout le monde veut prendre sa place en train de zieuter aux réponses des autres, ne sachant pas quoi répondre à la question “Qu’est-ce que le London Eye?”.

″Ça va Mikaël, ça se passe bien?”, lui a alors demandé l’animateur. “Oui, vous hésitez, en même temps ce qui est bien c’est que, à la hauteur à laquelle vous êtes, vous pouvez largement regarder ce que répondent les autres pour ensuite répondre ce que Cédric a répondu. On est d’accord? C’est ce qu’il s’est passé, et donc ce sera la dernière fois que j’accepte votre réponse dans ces conditions, mais c’est une bonne réponse.”

Intervilles, un scandale sur vingt ans

Plus connu, un scandale a pendant de longues années entouré Intervilles. Il ne concerne pas un candidat, mais un animateur. Le dossier? En 1997, Le Canard Enchaîné a révélé qu’Olivier Chiabodo, alors présentateur de l’émission culte, a favorisé l’équipe du Puy du Fou en faisant un signe avec les doigts lors d’un quiz. La chaîne TF1, qui s’est empressée de le licencier pour “faute grave”, déposait aussi plainte contre X.

Réembauché en 2006 puis remercié à nouveau en janvier 2017, Olivier Chiabodo a par la suite accusé TF1 d’avoir acheté son silence. Pour l’animateur qui a passé seize années au sein de la chaîne, si on l’a réembauché après l’affaire de 1997, c’est simplement pour l’avoir “sous la main et continuer à (le) tarauder”.

Après deux décennies de silence, l’ancien animateur a brisé l’accord de confidentialité qui avait été signé entre les deux parties pour ne plus jamais évoquer l’affaire, assurant par là même qu’à Intervilles “on trichait sans arrêt”.

“Ce n’est pas moi qui le dit, c’est mon ex-producteur Gérard Louvin en personne, dans le livre Le jackpot des jeux télé de François Vinot, a-t-il expliqué en 2017. Il fallait tenir en haleine le spectateur, maintenir le suspense jusqu’au bout, quitte à ajouter un peu de savon noir sur la planche pour que le candidat en tête tombe. Ce n’était pas un jeu télévisé, c’était un spectacle vivant. Les règles se faisaient et se défaisaient au fur et à mesure du direct.” Alors que Gérard Louvin a, lui, toujours nié, la procédure judiciaire est toujours en cours.

Un million suspicieux

Cette affaire a secoué le monde de la télévision. Tout du moins, en France. Les émissions, à l’étranger, ont aussi eu droit à leur lot de surprises. À commencer par l’édition britannique de Qui veut gagner des millions.

Nous sommes en 2001, la veille des attentats du World Trade Center, et un homme du nom de Charles Ingram vient de remporter le gain le plus haut qu’on puisse atteindre dans le jeu: le fameux million. C’est étonnant. Le candidat ne semblait pas le plus brillant. D’autant qu’il choisissait toujours la mauvaise réponse avant de se raviser pour la bonne.

La production est méfiante. En revisionnant l’émission, les producteurs isolent 19 toux émises par une femme dans le public au moment où Charles Ingram s’apprête à répondre. Cette femme, c’est Diana Ingram, l’épouse du participant.

La production n’en reste pas là, elle décide de porter cette tricherie devant la justice. Le couple est reconnu coupable d’escroquerie en 2003. Ils sont tous les deux condamnés à 18 mois de prison avec sursis et une amende de 30.000 livres sterling. Au mois de juin 2021, TF1 a d’ailleurs diffusé un téléfilm intitulé Quiz, directement inspiré de cette histoire.

Un speed-dating mensonger

En Belgique, c’est du côté de L’Amour est dans le pré que certains ont été pris la main dans le sac. En 2020, deux participants de l’émission de télé-réalité, François et Laurence, ont menti à la production, leur ayant laissé croire qu’ils ne se connaissaient pas alors qu’ils étaient tombés amoureux avant le moment du speed-dating.

Alors que la jeune femme avait recalé tous les hommes venus à sa rencontre, assurant être tombée sous le charme de François, ce dernier l’avait lui invitée, ainsi que deux autres prétendantes, à venir chez lui. Quelques heures avant le tournage, Laurence a finalement craqué et tout expliqué à ses deux concurrentes.

Résultat? La production a préféré ne pas diffuser le speed-dating de François par respect pour les deux prétendantes trompées. La présentatrice, Sandrine Dans, dit s’être sentie “piégée”. “J’ai cru vraiment que c’était une première déclaration surprise, a-t-elle déclaré. C’est une émission qui existe depuis douze ans parce que les gens sont sincères vis-à-vis des autres et parce qu’on joue cartes sur table aussi.” Jouer avec les sentiments ou manger des papayes en secret, comme Teheiura l’a fait. La triche dans les jeux TV est décidément très variée.

À voir également sur Le HuffPost: Coumba porte plainte après des insultes d’internautes sur les réseaux sociaux

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles