Avant le second tour des législatives, ces trois candidats sont assurés d'être élus

Avant le second tour des législatives, ces trois candidats sont assurés d'être élus

Les adversaires de Clémentine Autain et Soumya Bourouaha en Seine-Saint-Denis, et d'Élie Califer en Guadeloupe, se retirent du second tour des législatives.

POLITIQUE - Stop the count, diraient certains. Ou arrêter de compter, en bon Français. Si l’on en restait là, la nouvelle Assemblée nationale serait composée de six députés estampillés NUPES et un seul venu de la majorité actuelle: Il s’agit des candidats élus dès le premier tour, comme Sophia Chikirou ou Alexis Corbière en Île-de-France, mais également de ceux qui voient leur adversaire jeter l’éponge avant le second.

Pour être élus dimanche 19, ils auront seulement besoin d’une petite voix.

Ils sont trois à être dans ce cas, de la Seine-Saint-Denis à la Guadeloupe. Trois candidats de l’union des gauches dont le score, au premier tour, incite celui ou celle qui devait leur faire face au second, à se retirer, faut de chance de l’emporter. Clémentine Autain, la députée sortante de Seine-Saint-Denis est notamment concernée.

Clémentine Autain en Seine-Saint-Denis

L’Insoumise devait affronter, dimanche 19 juin, la dissidente communiste Virginie de Carvalho dans la 11e circonscription du département. Largement distancée dimanche soir, avec 15% des suffrages contre 46% pour l’élue soutenue par Jean-Luc Mélenchon, elle a rapidement annoncé, dès le lendemain, qu’elle se retirait de la course, malgré sa qualification.

“Pour le second tour, nous décidons de retirer notre candidature et de ne pas nous opposer à la candidate de la NUPES”, a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux, en confirmant à propos de Clémentine Autain: “La victoire lui est officiellement acquise”.

Soumya Bourouaha en Seine-Saint-Denis

Même chose pour Soumya Bourouaha dans la 4e circonscription du département. La candidate communiste, cheffe de file de l’Union des gauches à Stains ou La Courneuve, sera seule à prendre part au second tour. Son adversaire, pourtant qualifié face à elle à l’issue du premier, a annoncé son retrait mardi 14 juin.

“Ce retrait n’est en rien une soumission ni un appel à voter. Il est avant tout un retrait responsable, respectueux des électeurs, porteur de perspectives et d’engagement pour l’avenir”, a ainsi expliqué Azzedine Taïbi à ses militants, selon le récit du Parisien. Le maire de Stains, désormais ex-membre du PCF (il explique rendre sa carte) a récolté 21% des voix dimanche soir, loin derrière la candidate investie par la NUPES et ses 36%.

Avec Alexis Corbière, Clémentine Autain et donc Soumya Bourouaha, trois candidats de l’Union des gauches sont élus, ou assurés de l’être, avant même le second tour en Seine-Saint-Denis.

Elie Califer en Guadeloupe

À 7000 kilomètres de là, en Guadeloupe, leur collègue de la NUPES, Élie Califer, peut lui aussi se frotter les mains. Le retrait -surprise- de la cheffe de file de la majorité actuelle dans la 4e circonscription, Marie-Luce Penchard, une ancienne ministre des outre-mer sous Nicolas Sarkozy, lui valide son ticket d’entrée pour le Palais Bourbon.

“Les conditions n’étaient plus réunies pour continuer l’aventure” au deuxième tour, juge la candidate soutenue par La République en marche dans un communiqué publié sur Facebook mardi 14 juin. Elle y dénonce “un monde” où règnent “trop de faux semblants, d’insincérité, de calculs personnels au détriment, bien souvent, de l’intérêt général”, sans préciser ses accusations.

Arrivée deuxième dimanche, avec 19,9% des voix, derrière le représentant de la NUPES (38%), la fille de Lucette Michaux-Chevry, elle-même ministre de Jacques Chirac, explique abandonner non pas par “faiblesse”, mais par “maturité politique” et “réalisme”. Son maintien, dit-elle, aurait participé à “aggraver la rupture de confiance entre le citoyen et la politique.” Élie Califer, le maire de Saint-Claude, sera donc seul en lice au second tour.

À voir également sur Le HuffPost: Législatives: Macron agite le risque de “désordre” et réclame un “sursaut républicain”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Jean-Luc Mélenchon: "Hier, c'était la journée bidouillage des résultats par Monsieur Darmanin"

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles