Avant sa renationalisation, EDF subit une perte d'ampleur exceptionnelle au 1er semestre

© Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

À quelques mois de sa prise de contrôle à 100% par l'État, l'énergéticien EDF a annoncé jeudi avoir subi une perte historique au premier semestre, de 5,3 milliards d'euros, en raison de la baisse de production d'électricité nucléaire, et de sa mise à contribution par l'État pour contenir la facture des Français.

Une production historiquement faible

Cette production historiquement faible est la conséquence notamment de la mise à l'arrêt de 12 réacteurs sur 56 en France pour des problèmes de corrosion, et de 18 autres pour des opérations de maintenance programmées, alors que l'Europe traverse une crise énergétique causée par la guerre en Ukraine et la baisse des livraisons de gaz russe .

>> LIRE AUSSIGaz russe : un accord validé par l'Europe pour aider les pays les plus dépendants

Le chiffre d'affaires d'EDF est en revanche en forte progression (+67,2%), à 66,262 milliards d'euros, soutenu par la forte hausse des prix de l'électricité et du gaz en Europe.

"Y a-t-il déjà eu dans l'histoire d'EDF un semestre dont les chiffres étaient aussi négatifs ? J'en doute beaucoup", a reconnu son PDG Jean-Bernard Lévy lors de la présentation des résultats.

Ils traduisent "les difficultés rencontrées en matière de production nucléaire en France et dans une moindre mesure hydroélectrique, ainsi que l'effet du bouclier tarifaire mis en place en France pour 2022", a-t-il précisé, cité dans le communiqué du groupe.

>> LIRE AUSSIPourquoi le gouvernement veut-il renationaliser EDF...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles