Avant son Nouvel An, la Chine affirme que l'épidémie de Covid-19 a infecté "80% de la population"

Des patients atteints du Covid-19, dans la ville de Chongqing (sud-ouest de la Chine), le 23 décembre 2022. - Noel CELIS / AFP
Des patients atteints du Covid-19, dans la ville de Chongqing (sud-ouest de la Chine), le 23 décembre 2022. - Noel CELIS / AFP

Combien font 80% de 1,4 milliard d'habitants? 1,12 milliard. C'est le nombre de Chinois qui auraient été infectés par le Covid-19 depuis le début de la pandémie, même si le pays n'a mis fin à sa politique "zéro Covid" qu'au début du mois de décembre 2022.

Ce chiffre a été donné samedi par un éminent scientifique du gouvernement, Wu Zunyou, rapporte l'agence de presse Reuters. De ce fait, il estime que la possibilité d'un grand rebond épidémique au cours des deux ou trois prochains mois dans son pays est lointaine, cela alors que les festivités pour le Nouvel an chinois débutent ce samedi.

Nouvel An, nouvelle vague?

Si ce chiffre est vrai, et alors que la vaccination est le gros point faible de la Chine, 280 millions de personnes restent cependant potentiellement à risque. Sans compter qu'une première infection n'empêche pas totalement de futures réinfections.

La vive reprise épidémique dans le pays s'explique par la levée soudaine début décembre de la quasi-totalité des mesures anti-Covid. Depuis le début de l'épidémie, la Chine vivait quasiment sous cloche, imposant à ses habitants des mesures sanitaires drastiques.

Avec le Nouvel An lunaire ce week-end, la situation risque de s'empirer. Les déplacements massifs de personnes pourraient propager le virus et stimuler les infections dans certaines régions, notamment dans les zones rurales moins équipées. Mais pour l'épidémiologiste en chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, Wu Zunyou, une vague de Covid-19 est peu probable à court terme.

Un autre article de Reuters nous informe que le vice-Premier ministre a déclaré jeudi soir, dans les médias d'État, que le virus était actuellement à un niveau "relativement bas". D'autres responsables de la santé auraient également affirmé que le nombre de patients hospitalisés dans des services de soins critiques, pour infection au Covid-19, était en baisse.

Après avoir longtemps refusé de communiquer des données fiables (ce qui avait fortement agacé l'OMS), les autorités sanitaires chinoises avaient fini par annoncer la mort de 60.000 personnes en un mois le 14 janvier dernier. Trois jours plus tôt, Pékin affirmait que seulement 37 décès liés au Covid-19 avaient été comptabilisés durant cette période.

Article original publié sur BFMTV.com