Avant la gifle donnée à Macron, son agresseur passait chez "Quotidien"

·Journaliste
·1 min de lecture
Avant la gifle donnée à Macron, son agresseur passait chez "Quotidien"
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

MACRON GIFLÉ - “On vient voir notre cher monsieur Macron...” Ce mardi 8 juin, quelques minutes avant la gifle reçue par le président de la République au cours d’un déplacement à Tain-L’Hermitage, les équipes de “Quotidien”, l’émission de TMC, ont tourné une séquence qui interpelle forcément au vu des événements.

Alors que le public commençait à se rassembler à proximité du lycée hôtelier où le chef de l’État poursuivait son “Tour de France des territoires”, les journalistes ont interviewé plusieurs badauds. Certains venus encourager le président de la République dans ce qui ressemble de plus en plus à une campagne vers la réélection, d’autres pour dire à l’intéressé tout le mal qu’ils pensaient du bilan du fondateur d’En Marche.

Et au milieu de cette assistance, un groupe de trois hommes, barbus, la petite trentaine. Parmi eux, un t-shirt kaki et de longs cheveux noirs qui ont depuis fait le tour du monde, ceux de Damien T., l’homme qui sera filmé quelques instants plus tard en train d’asséner une claque sonore à Emmanuel Macron.

“On sait que vous allez déformer nos propos”

Sur les images de “Quotidien”, ce n’est ni lui, ni le plus grand du groupe, Arthur C., également interpellé, qui prend la parole, mais le troisième larron. “Il y a des choses qu’on devrait dire, mais qu’on ne peut pas dire malheureusement”, lance-t-il, sans grande envie de répondre au journaliste. Et de citer parmi les problèmes du moment “le déclin de la France”.

Puis après avoir simplement nié être des...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles