Avant les législatives, ce sondage place Borne devant Mélenchon pour Matignon

Dès la fin de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a demandé aux Français de
Dès la fin de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a demandé aux Français de

L'actuelle Première ministre est moins rejetée par les Français, selon un sondage BVA. 41% des sondés souhaitent qu'elle reste à Matignon.

LÉGISLATIVES 2022 - Élisabeth Borne sans ”état de grâce”, Jean-Luc Mélenchon jugé “trop clivant”. Les dimanches 12 et 19 juin prochains, les Français sont appelés à voter pour élire les députés de la future Assemblée nationale. Et à neuf jours du premier tour, ce sondage BVA publié ce vendredi 3 juin pour Orange et RTL, montre que le leader de la nouvelle alliance à gauche est loin d’avoir gagné son pari politique de la “premierministralisation” du scrutin.

Car si ces élections législatives étaient le choix d’une femme ou d’un homme pour entrer à Matignon, Jean-Luc Mélenchon ne gagnerait pas son duel à distance avec la nouvelle Première ministre, selon cette étude réalisée du 31 mai au 2 juin.

Seuls 31% des sondés souhaitent ainsi que le candidat de la France Insoumise battu à l’élection présidentielle entre à Matignon, contre 10 points de plus pour l’actuelle Première ministre. Par ailleurs, 49% “ne le souhaitent pas du tout”, contre 31% pour la candidate dans le Calvados.

Un résultat plutôt critique sur la personne donc puisque les instituts de sondage donnent les deux camps au coude à coude au premier tour et que les personnes sondées par BVA s’opposent, en même temps à 64%, à ce qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité à l’Assemblée pour débuter son second quinquennat.

Les électorats EELV et PS “ne font pas bloc” derrière Mélenchon


Jean-Luc Mélenchon “pâtit de son caractère clivant”, écrit l’institut, précisant qu’il apparaît ainsi rejeté par près de la moitié des Français. “Si 64% des sympathisants de gauche souhaitent que la nouvelle alliance obtienne la majorité dans la future Assemblée, seuls 48% des sympathisants EELV et 31% du Parti socialise souhaitent que cette victoire débouche sur la nomination de Jean-Luc Mélenchon à Matignon”, ajoute-t-il.Un peu plus de 50% des sympathisants EELV et PS déclarent d’ailleurs souhaiter qu’Élisabeth Borne reste en poste, “signe que l’ensemble de l’électorat de gauche ne se rallie pas d’un seul bloc derrière Jean-Luc Mélenchon”. Un autre sondage, réalisé à la mi-mai par l’Institut Ipsos, montrait également une déperdition de l’électorat réunifié de la Nupes vers les candidats de la majorité présidentielle ou des dissidents à gauche.

“Si l’exécutif est loin de susciter l’enthousiasme et est critiqué par une majorité de Français, Jean-Luc Mélenchon ne tire pas réellement profit de la situation, même s’il est parvenu à replacer la gauche au centre des débats et de l’actualité”, conclut l’étude BVA du jour, précisant au passage que “si les Français sont aussi partagés, c’est qu’aucun opposant n’émerge naturellement”.

Météorologie de la politique

Lors d’un meeting organisé le mercredi 1er juin à Paris, Jean-Luc Mélenchon a estimé que les chances de victoire de la Nupes étaient “assez élevées”. “C’est la première fois qu’on donne l’opposition en tête alors que l’élection présidentielle a eu lieu il y a à peine un mois”, a-t-il souligné faisant valoir que les points hauts de l’alliance dans les sondages étaient “supérieurs à leurs points bas”.

Un optimisme moqué par la nouvelle porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire dans Le Parisien mardi: “Les législatives, c’est 577 scrutins à deux tours, sur 577 circonscriptions. Anticiper les résultats, à partir des sondages nationaux des différents partis, c’est comme annoncer la météo du jour en France, en faisant la moyenne des températures de Lille à Marseille”.

La majorité absolue correspond à la barre des 289 députés sur les 577 futurs élus qui siégeront sur les bancs du Palais bourbon. Réponse du résultat du choix des Français le dimanche 12 juin à 20h.

Ce sondage a été réalisé selon la méthode des quotas du 31 mai au 2 juin, auprès d’un échantillon de 1.002 Français interrogés par internet et représentatifs de la population française, âgée de 18 ans et plus. La marge d’erreur se situe entre 1,4 et 3,1%.

À voir également sur Le HuffPost: Ces candidats qui pourraient battre Elisabeth Borne

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

VIDÉO - Jean-Luc Mélenchon a-t-il raison de rêver de Matignon ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles