L'Île-de-France en état d'alerte face au moustique-tigre avant les Jeux olympiques de Paris

La région Île-de-France, dans laquelle le moustique-tigre est bien implanté, redoute que l'arrivée de millions de voyageurs pour les Jeux olympiques (26 juillet-11 août) et les Jeux paralympiques (28 août-8 septembre) ne favorise la recrudescence de maladies comme la dengue.

En Île-de-France, la campagne de surveillance renforcée du moustique-tigre bat son plein, à quelques semaines de l'ouverture des Jeux olympiques de Paris, un événement qui, en favorisant le brassage de populations, pourrait contribuer à une recrudescence de maladies comme la dengue.

Aux abords du Stade de France, où se dérouleront différentes épreuves olympiques comme celles d'athlétisme, l'une des disciplines reines, Kevin Meignan vient faire le relevé d'un piège pondoir installé il y a quelques semaines dans une allée bordée d'herbe.

Ce seau – potentiel site de ponte – contient de l'eau et un carré de polystyrène, qui sera le support de la ponte. Il est recouvert d'une grille métallique pour éviter que le polystyrène ne s'échappe hors du piège.

À lire aussi"Zéro client, zéro revenu" : les prostituées de Belleville dans le viseur de la police avant les JO

"L'objectif est de surveiller la présence du moustique-tigre", explique à l'AFP le responsable de lutte antivectorielle pour l'Agence régionale de démoustication (ARD), opérateur de l'Agence régionale de santé (ARS) en Île-de-France.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Tennis : Rafael Nadal pense désormais aux JO, avant un dernier Roland-Garros ?
"Zéro client, zéro revenu" : les prostituées de Belleville dans le viseur de la police avant les JO
Jeux paralympiques : Paris a "engagé une transition" pour l'inclusion des handicapés