Avant le G7, Biden et Johnson célèbrent leur alliance malgré les divergences sur l'Irlande du Nord

·2 min de lecture

En préambule au sommet du G7 ce vendredi 11 juin, Joe Biden et Boris Johnson ont passé la journée de jeudi ensemble dans la petite station balnéaire de Carbis Bay, en Cornouailles. Le président américain et le Premier ministre britannique ont profité de leur premier face-à-face pour réaffirmer l’alliance historique entre leurs deux pays, choisissant de laisser de côté, officiellement, leurs divergences liées aux tensions post-Brexit en Irlande du Nord.

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

« Une grande bouffée d’air frais » : voilà comment Boris Johnson a résumé sa rencontre avec Joe Biden. Auparavant, les deux dirigeants s’étaient affichés au bord de la plage tout sourire et main dans la main avec leurs épouses, s’efforçant d’admirer les côtes de Cornouailles malgré le vent et le ciel bouché. Au terme de leur face-à-face, Boris Johnson a esquivé la différence de vue avec son hôte autour du Protocole nord-irlandais post-Brexit et affirmé que les deux hommes étaient en « complète harmonie » sur la nécessité de résoudre les problèmes dans la province britannique.

► À lire aussi : Brexit: échec des discussions sur le protocole nord-irlandais

Idem pour Joe Biden qui s’est félicité de discussions « très productives ». Pour Washington comme pour Londres, la priorité est d’appuyer sur le bouton reset, de réinitialiser à la fois leur relation, mais aussi leur position sur la scène internationale. D’où la très symbolique Charte de l’Atlantique « revitalisée » pour faire face ensemble au défi du changement climatique, des technologies émergentes, de la cybersécurité et des crises sanitaires.

Le président américain, critiqué pour avoir tardé à partager des vaccins avec le reste de la planète, a confirmé que les États-Unis allaient acheter 500 millions de doses de vaccins contre le Covid pour les donner à d’autres pays. Mais pour être à la hauteur de leurs promesses et emmener avec eux leurs partenaires du G7, Londres et Washington devront être beaucoup plus ambitieux que la mise en place d’un groupe de travail pour assurer la reprise des voyages entre les deux pays.

► À lire aussi : Les États-Unis donnent 500 millions de vaccins aux pays pauvres