Avant le G7 à Biarritz, Trump menace le vin français puis déjeune avec Macron

AFP
Emmanuel Macron et Donald Trump déjeunant à l'Hôtel du Palais de Biarritz avant le début du G7

G7 - Le ton est donné: le président américain Donald Trump s’est envolé vendredi 23 août au soir pour le sommet du G7 à Biarritz en menaçant d’imposer des droits de douane supplémentaires sur les vins français.

Avant même le début de cette réunion dans la station balnéaire française, le tempétueux locataire de la Maison Blanche a ainsi montré qu’il n’entendait en rien renoncer à son style combatif et volontiers provocateur.

Des représailles “comme ils n’en ont jamais vu”

Lors de l’édition 2018, au Québec, Donald Trump avait déjà provoqué de vifs remous en traitant le Premier ministre canadien Justin Trudeau de “malhonnête” et en refusant de signer la déclaration finale du sommet.

Lors d’un échange avec des journalistes dans les jardins de la Maison Blanche avant de monter dans l’hélicoptère présidentiel Marine One et de partir pour la France, le milliardaire républicain a dit s’attendre à des discussions “très productives” à Biarritz.

Mais il a aussi brandi avec force la menace de représailles à l’imposition d’une taxe française sur les géants américains du secteur des hautes technologies. “Je n’aime pas ce que la France a fait”, a-t-il lancé. “Je ne veux pas que la France impose des taxes sur nos sociétés. C’est très injuste”. 

“S’ils le font, nous imposerons des tarifs douaniers sur leurs vins”, a-t-il ajouté. “Des tarifs douaniers comme ils n’en ont jamais vu”, a-t-il insisté, tout en ajoutant qu’il avait de “très bonnes relations” avec son homologue français Emmanuel Macron.

Alors que le président avait entre-temps atterri en France et se trouvait dans un avion pour Biarritz, Emmanuel Macron a reconnu des désaccords avec les Etats-Unis et estimé ce samedi à la mi-journée que “les tensions commerciales sont mauvaises pour tout le monde”. L’Elysée a cependant fait savoir que les deux présidents déjeunaient ensemble avant le début du sommet.

Pour ce déjeuner “improvisé”, selon l’Elysée, ils ont pris place sur la terrasse de l’hôtel du palais, protégés du soleil, autour...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post