Avant d'envoyer des humains dans l'espace, l'Inde y expédie Vyommitra

Thibaut Derex

ESPACE - Vyommitra est capable de se mouvoir, de communiquer et de réaliser de nombreuses tâches dans l’espace, mais c’est un robot. C’est elle qui va tester la future navette spatiale indienne, avant d’y faire monter des êtres humains.

Vyommitra a une apparence féminine et entre dans le cadre du projet Gaganyaan de l’ISRO qui a pour but de transporter des astronautes indiens dans l’espace. Un Indien a déjà pu aller dans l’espace, mais c’était à bord d’un engin russe. Cette fois, l’Inde veut envoyer des hommes autour de la Terre dans des vaisseaux indiens. 

C’est ce mercredi 22 janvier 2020, que l’ISRO a présenté son robot semi-humanoïde (il lui manque des jambes) relate India Today. Elle doit réaliser sa première mission en décembre 2020. Elle a même pu s’adresser aux journalistes présents : “Salut, je suis Vyommitra le premier prototype de demi-humanoïde.”. 

Sam Dayal, un scientifique d’ISRO, a déclaré: “Elle ne peut que se pencher latéralement et en avant. Elle effectuera certaines expériences et restera toujours en contact avec le centre de commandement”.

Vers un vol habité en 2022

Si le vol de Vyommitra se déroule bien, l’agence spatiale indienne aura le feu vert pour envoyer des humains dans l’espace. Ce grand projet, annoncé le 15 août 2019 par le Premier ministre Narendra Modi, a pour ambition d’envoyer des astronautes indiens dans une navette indienne et lancée par une fusée indienne.

La première mission habitée est prévue pour 2022. Pour se préparer, 4 membres de l’Indian Air Force ont été sélectionnés pour suivre une formation en Russie. Des médecins seront également formés en France. 

Il reste à savoir si Vyommitra fera partie du voyage ou non. Au cours de sa présentation, elle a expliqué e à la presse qu’elle était “capable de reconnaître des astronautes et de communiquer avec eux”. 

À voir aussi sur Le HuffPost: 40 ans de la fusée Ariane: le futur de l’espace se cache juste derrière Ariane 6

Retrouvez cet article sur le Huffington Post