«Avant de déposer son bulletin, un chrétien doit se rappeler que des principes évangéliques sont bafoués par une candidate à cette élection»

Libération.fr

Marc Stenger est un des rares évêques à avoir pris parti avant le second tour de la présidentielle. Il dénonce le vote extrémiste, porteur, selon lui, de valeurs contraires au christianisme.

Les catholiques aussi se déchirent avant le second tour de l’élection présidentielle. Dans l’épiscopat, très divisé, la tension est singulièrement montée ces derniers jours. Le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Georges Pontier, a tenté de ramener le calme, mercredi. Il a dénoncé un climat «hystérisé», martelant que «le rôle de l’Eglise, plus que jamais, est de ne pas prendre parti». Il n’a malgré tout pas interdit aux évêques de s’exprimer. Seule une petite poignée d’entre eux s’est engagée contre le Front national. Les plus conservateurs ouvrant la voie à l’abstention. A la tête du diocèse de Troyes, Marc Stenger a été le premier à prendre le risque de s’exprimer publiquement contre le vote extrémiste. Ses détracteurs l’ont surnommé «l’évêque rouge» , une appellation qui le fait sourire, faisant de lui la bête noire des conservateurs. Ludovine de la Rochère, leader de la Manif pour tous, a fait savoir que la prise de position de l’évêque Stenger l’avait renforcée dans sa propre décision de ne pas voter Emmanuel Macron.

Le 27 avril, vous avez posté ce tweet : «Le 7 mai, quel bulletin de vote ? Pas celui de la peur, de la haine, du rejet, du mensonge, de l’exclusion, du repli. C’est l’opposé de l’Evangile». Pourquoi avez-vous pris cette initiative ?

Que des évêques, en tant que personnes, prennent position m’apparaît nécessaire. Ce que je dis dans mon tweet n’est absolument pas en contradiction avec la déclaration de la conférence épiscopale, diffusée le soir du premier tour. Celle-ci énonçait des grands principes. Sans manquer de respect vis-à-vis des électeurs, il me fallait dire mes convictions. Avant de déposer son bulletin dans l’urne, un chrétien doit se rappeler que des principes évangéliques sont clairement bafoués dans le programme et des discours (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Baroin dans le brouillard
L’étroit chemin de Macron
Présidentielle: à J-4 du second tour
Marchés publics: la «clause Molière» est illégale rappelle le gouvernement
Hollande veut »(s')expliquer» dans un livre écrit de sa main

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages