Avant la COP27, l'ONU alerte sur les besoins d'adaptation au changement climatique

© AFP/Simon Maina

Les États agissent trop peu et trop lentement pour que nos sociétés s'adaptent aux effets du changement climatique, avertit ce jeudi 3 novembre par le Programme des Nations unies pour l'Environnement, à quelques jours de la COP27 en Égypte.

Inondations massives au Pakistan et au Nigeria, sécheresse depuis quatre ans au Kenya... Les effets du changement climatique frappent plus fort les pays du Sud et les habitants les plus pauvres. Les dégâts sont souvent considérables et se chiffrent en milliards de dollars : ce sont les pertes et dommages. Pour tenter de limiter au maximum la lutte contre le changement climatique comporte deux autres piliers officiels : la réduction des gaz à effets de serre (atténuation) – en tentant par exemple de ne plus recourir au charbon, au pétrole et au gaz – et l'adaptation (prévention) à la menace – construction de digues, renforcement des infrastructures, etc.

► À lire aussi : Climat: comprendre les pertes et dommages, grande attente du Sud à la COP27 (1/2)

Au nom de la solidarité internationale, il devrait être évident qu'il faut mettre de l'argent sur la table, estime-t-elle aussi. « Des fonds ont été promis lors de l'accord de Paris. Et ces émissions de gaz à effet de serre ne viennent pas des pays qui souffrent du changement climatique. Il faut de l'argent, car nous sommes tous interdépendants et, parce que c'est l'unique façon de nous protéger et d'éviter les impacts les plus catastrophiques du changement climatique. »


Lire la suite sur RFI