Avant de changer de capitaine, la BCE en plein débat sur son cap

Jean-Philippe LACOUR
1 / 2

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, le 28 septembre 2016

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, le 28 septembre 2016

Francfort (AFP) - Fruit de tractations politiques, la prochaine présidence de la Banque centrale européenne se jouera dans la foulée du scrutin continental de dimanche. Mais le choix du capitaine s'accompagne d'un débat complexe: à quoi doit désormais servir la BCE?

"Bon courage pour succéder" à l'Italien Mario Draghi, 71 ans, qui passera la main fin octobre après huit ans d'un mandat scandé par les crises à la tête de l'institution francfortoise, soulignait récemment une source européenne.

De tous les postes clés au sein de l'UE, que les Etats-membres commenceront à se répartir lors d'un sommet mardi à Bruxelles, "c'est celui qui a le plus de pouvoir", insistait le même interlocuteur.

Cité parmi les candidats à la succession de M. Draghi, Olli Rehn, gouverneur de la Banque de Finlande, réclamait en mars "un examen complet des principes directeurs, des hypothèses clés et des outils" de la BCE, pour refléter les bouleversements économiques depuis la crise de 2008.

De fait, l'institution francfortoise "pourrait marcher dans les pas de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui mène actuellement une revue de sa politique monétaire et de ses instruments", renchérit auprès de l'AFP Eric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG School of Management.

- Objectif manqué -

La dernière révision de la stratégie de la BCE remonte à 2003: l'objectif de "stabilité des prix" avait été défini par l'atteinte à moyen terme d'une inflation légèrement inférieure à 2%, niveau censé favoriser l'investissement et l'emploi.

Depuis, la crise financière puis celle des dettes souveraines ont révélé Mario Draghi en pompier de la zone euro, assurant en 2012 que son institution ferait "tout pour sauver" la monnaie unique en dégainant des instruments inédits.

Mais la BCE a très souvent manqué depuis 6 ans son objectif d'inflation, bien qu'elle ait descendu ses taux à leur plancher historique et déversé des tombereaux de liquidités sur les marchés en rachetant de la dette.

"Un nouveau président aura l'occasion de lancer un débat" sur la politique monétaire, cible "de nombreuses critiques" ces dernières années, rappelle Paul de Grauwe, professeur à la London School of Economics.

Les pays les plus riches de l'union monétaire, à commencer par l'Allemagne, ont régulièrement accusé l'institut de pénaliser les épargnants et de favoriser la formation de bulles financière ou immobilière.

Plus largement, "dans un monde toujours plus globalisé", la BCE voit les ressorts de l'inflation lui échapper, au point que "se focaliser" sur ce seul critère apparaît discutable, estime Marcel Fratzscher, président de l'institut économique berlinois DIW.

- Chasseuse de bulles -

La montée des services au détriment de l'industrie, avec sa concurrence féroce et ses salaires modestes, tend elle aussi à freiner la hausse des prix, observait récemment Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE.

Pour l'avenir, "veut-on aller vers une stratégie duale fondée sur l'atteinte de niveaux de prix et d'emploi, à la façon de la Réserve fédérale américaine ?", s'interroge M. Fratzscher.

Parmi les suggestions des spécialistes figure un ciblage "flexible" de l'inflation, pour atteindre le niveau visé graduellement, ou un double objectif portant à la fois sur "la croissance réelle et l'inflation", selon M. Dor.

La BCE pourrait aussi se charger de prévenir les bulles financières et superviser les fonds spéculatifs, à l'instar de celle des banques depuis 2014, ou agir sur une gamme élargie de taux d'intérêt, comme la Banque du Japon.

Mais pour M. De Grauwe, au-delà du débat académique, toute refonte de la stratégie monétaire en zone euro "sera déterminée par les circonstances économiques et des marchés".

Aussi, faute de pouvoir remonter à elle seule l'inflation, la BCE devrait voir son action complétée "par une politique budgétaire des Etats plus expansionniste", préconise-t-il, renvoyant la balle dans le camp des dirigeants européens.