Avant le Brexit, les Anglais se ruent sur les stocks d'alcool en France

C'est la fièvre de l'achat. Alors que se profile un Brexit dur et une hausse des taxes douanières entre la France et le Royaume-Uni, de nombreux Anglais se ruent dans le Nord pour acheter des stocks d'alcool. "On va en prendre plus. Ils ont dit que c'était la dernière chance pour commander du vin. On fait le plein. D'habitude, on vient une fois par an. C'était notre dernier ravitaillement", dit un Anglais croisé à Calais. Sans accord avant le 31 décembre entre l'Union européenne et la France, les échanges commerciaux se feront selon les règles internationales de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). De quoi donner des sueurs froides aux frontaliers. Commerçant spécialisé en ventes de spiritueux, André Pecqueur est témoin de cette ruée vers l'alcool français, moins cher qu'outre-Manche. "Vous avez beaucoup de travail pendant deux mois. Et en janvier, on n'aura pas grand-chose à faire parce que les gens ont fait des stocks dans leur entrepôt ou à la maison", conclut-il.