Avant la bataille des retraites, la popularité de Macron se stabilise - EXCLUSIF

La popularité de Borne chute, celle de Macron se stabilise avant la bataille des retraite (photo prise le 27 juin 2018)
JULIEN DE ROSA / AFP La popularité de Borne chute, celle de Macron se stabilise avant la bataille des retraite (photo prise le 27 juin 2018)

POLITIQUE - Nouvelle année, petite remontée. La cote de popularité du président de la République reprend quelques couleurs en ce début d’année 2023. Emmanuel Macron gagne effectivement un point d’opinion favorable en un mois dans notre baromètre YouGov, réalisé pour Le HuffPost sur les premiers jours de janvier.

Dans le détail, 27 % des Français interrogés par le sondeur disent avoir une opinion positive de l’action du locataire de l’Élysée. Ils n’étaient que 26 % à en être satisfaits en décembre dernier. Une embellie qui pourrait paraître anecdotique… Si elle ne venait pas clore, comme vous pouvez le voir ci-dessous, une tendance délicate amorcée l’été dernier. Mesurée à 31 % en septembre, sa cote de popularité n’a effectivement fait que baisser au fil de l’automne, avant de grimper à nouveau en ce début janvier.

Vous ne pouvez pas visionner ce contenu car :

  • Vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers en vous abonnant. Vous ne pourrez donc pas lire nos vidéos qui ont besoin de cookies tiers pour fonctionner.

  • Vous utilisez un bloqueur de publicité. Nous vous conseillons de le désactiver afin d’accéder à nos vidéos.

Si vous n'êtes dans aucun de ces deux cas, contactez-nous à aide@huffingtonpost.fr.

Surtout, ce regain de forme (aussi léger soit-il), tombe au meilleur des moments pour le chef de l’État : juste avant la bataille des retraites, le plus gros chantier de ses deux quinquennats. Comme si les Français avaient déjà anticipé l’avènement de ce texte impopulaire, un projet sur lequel leur opinion hostile ne bouge pas.

En première ligne, Borne accuse le coup

Parallèlement, la Première ministre s’en sort moins bien. Comme Édouard Philippe à son époque, Élisabeth Borne pâtit du lancement de la réforme qu’elle compte dévoiler mardi 10 janvier. Voilà sa cote de popularité qui chute de deux points en un mois, pour s’établir désormais à 21 % d’opinions favorables, contre 23 le mois dernier.

Dans le détail, la cheffe du gouvernement accuse le coup, avant tout, auprès des Français enclins à voter pour le Rassemblement national. Si sa cote de popularité chez les électeurs de la Nupes (13 %), de la majorité (78 %) ou des Républicains (26 %) se stabilise parfaitement -les chiffres sont les mêmes d’un mois à l’autre- la Première ministre recule de trois points du côté des sympathisants de l’extrême droite (de 11 % d’opinions favorables à 8)… Ceux-là mêmes qui s’affichent comme les plus rétifs à la réforme des retraites sauce Macron.

Difficile, dans ces conditions, de ne pas voir cet accident comme une conséquence de l’omniprésence de la Première ministre sur ce dossier éruptif. De fait, Élisabeth Borne est en première ligne depuis la rentrée, pour les négociations à Matignon, avec les syndicats et les oppositions, ou la pédagogie dans les médias. Quitte à essuyer les coups.

Conséquence directe de ces dynamiques opposées : l’écart de popularité s’accroît entre le Président de la République et la cheffe du gouvernement, alors qu’il avait plutôt tendance à se réduire -drastiquement- à l’automne dernier. Nouvelle année, nouveau bouclier.

Enquête réalisée en ligne du mardi 3 au jeudi 5 janvier sur 1 023 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. En partenariat avec YouGov.

Vous ne pouvez pas visionner ce contenu car :

  • Vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers en vous abonnant. Vous ne pourrez donc pas lire nos vidéos qui ont besoin de cookies tiers pour fonctionner.

  • Vous utilisez un bloqueur de publicité. Nous vous conseillons de le désactiver afin d’accéder à nos vidéos.

Si vous n'êtes dans aucun de ces deux cas, contactez-nous à aide@huffingtonpost.fr.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi