Avant les élections, l’offensive administrative des partisans de Donald Trump

PHOTO SAUL MARTINEZ/AFP

C’est une “véritable avalanche” qui ressemble à une offensive coordonnée, note le Washington Post. “Ces dernières semaines, à travers tout le pays, des partisans de Donald Trump ont noyé les autorités locales chargées de l’organisation des élections avec des requêtes pour obtenir des documents relatifs à la présidentielle de 2020.”

Dans certains cas, ces multiples requêtes ont même commencé à entraver “les préparatifs électoraux en vue des élections de mi-mandat du 8 novembre et en particulier ceux du vote anticipé, qui débute au mois d’octobre”, poursuit le quotidien.

Du Wisconsin à la Caroline du Nord, en passant par le Kentucky et le Texas, plus d’une vingtaine d’États sont touchés par cette avalanche de requêtes, portant le plus souvent sur les relevés de vote de la dernière élection, et parfois libellées exactement de la même manière.

Cette offensive administrative vient fragiliser l’un des principes “du système démocratique, selon lequel les autorités gouvernementales se doivent d’être transparentes et responsables”, explique le journal. Les requêtes d’information publiques, qu’elles émanent de journalistes ou de simples citoyens, sont l’un des piliers du système que tentent aujourd’hui de saper les partisans de l’ancien locataire de la Maison-Blanche.

“Semer le chaos”

“Lorsque l’on nous demande tous les documents possibles et imaginables, il devient impossible pour nous de faire notre travail”, souligne ainsi, dans les colonnes du journal, Claire Woodall-Vogg, la directrice de la commission électorale de Milwaukee, dans le Wisconsin.

De nombreux responsables locaux sont d’ailleurs de l’avis que c’est précisément ce que recherchent les partisans de l’ancien président, lesquels sont poussés à agir dans ce sens par une poignée de personnalités qui continuent de contester la victoire de Joe Biden. Pour les responsables locaux chargés de l’organisation des élections :

“Ces personnes ne cherchent pas vraiment des informations sur le vote de 2020, mais veulent semer le chaos dans l’organisation des élections, ce qui leur permettra ensuite de remettre en cause l’intégrité de l’administration chargée des élections aux États-Unis.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :