Ils avaient enlevé la fille d’un convoyeur de fonds : 15 interpellations en région lyonnaise

Jean-Michel Décugis et Éric Pelletier
Le convoyeur dont la fille a été enlevée par les braqueurs travaillait pour la société suisse SOS Surveillance (Illustration)

Un commando avait fait main basse en février 2018 sur plusieurs millions d’euros entre la France et la Suisse. Les braqueurs présumés sont originaires de la région lyonnaise.


Une spectaculaire opération policière a été lancée, tôt ce mardi matin, dans la région lyonnaise, dans le milieu de la criminalité en lien étroit avec la justice suisse. Les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme de Lyon (Rhône) et de l’Office central de lutte contre le crime organisé, assistés de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI), ont opéré quinze interpellations. Les suspects sont âgés entre 35 et 45 ans et pour la plupart connus des services de police.

Les enquêteurs agissent dans le cadre du braquage d’un fourgon blindé, commis dans le canton de Vaud, en Suisse, en février 2018. Une affaire hors normes : un trio de malfaiteurs s’était fait remettre 10 à 15 millions de francs suisses (8,7 à 13 millions d’euros) sans tirer un coup de feu, en échange de la libération de la fille de l’un des deux convoyeurs de fonds. Âgée de 22 ans, celle-ci avait été enlevée la veille à son domicile lyonnais par de faux plombiers.

Une partie du butin a, depuis, été retrouvée. Tout d’abord l’équivalent de 260 000 euros qui avaient été « mis de côté » dans un carton enterré dans une forêt par le deuxième convoyeur : la somme avait été laissée par les braqueurs en guise de « préjudice moral ». Puis l’équivalent de 2 millions d’euros découverts en juin 2018 dans une cave, dans un immeuble d’une banlieue lyonnaise. Un homme de 44 ans est alors mis en examen pour « recel » et écroué.

L’un des suspects s’est jeté par la fenêtre

Les arrestations de ce mardi matin ont été agitées. L’un des suspects s’est jeté par une fenêtre situé au 3e étage, se fracturant un membre. Une arme de petit calibre a été découverte, ainsi que de l’argent, sans que l’on sache à ce stade s’il provient du braquage. Des comparaisons génétiques devraient être effectuées avec du matériel retrouvé sur les lieux de l’attaque (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Yémen Papers : les journalistes convoqués dénoncent une «tentative d’intimidation»
Hommage national : contrairement aux apparences, la mère d’un des militaires tués n’a pas repoussé Macron
Nouveaux soupçons d’empoisonnements pour l’anesthésiste de Besançon
Nice : un homme poignardé à la gorge, son pronostic vital engagé
Anesthésiste de Besançon : «Certaines familles de victimes attendent depuis des années»