Auvergne-Rhône-Alpes : 56 000 jeunes invités à se faire vacciner contre la méningite après un décès

© Eric Gaillard / Reuters

Outre le coronavirus et la variole du singe , la région Auvergne-Rhône-Alpes doit composer avec un troisième problème sanitaire d'ampleur. Depuis près d'un an, une infection invasive à la méningocoque B , avec un nouveau variant recensé, se propage dans ce recoin du sud-est. En conséquence, l'Agence régionale de santé (ARS) d'Auvergne-Rhône-Alpes a appelé 56 000 jeunes à se faire vacciner,  a indiqué vendredi l'établissement à l'AFP. Ces derniers mois, douze cas de méningite ont été comptabilisés en Savoie, dans l'Ain, le Rhône et l'Isère. Parmi ces 12 cas, une personne est décédée.

« La méningite est une maladie grave, qui peut provoquer des séquelles définitives et même des décès », a averti Dr Anne-Sophie Ronnaux-Baron dans une déclaration à l'AFP. La responsable du pôle régional de veille sanitaire à l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes a poursuivi en détaillant le plan de cette campagne de vaccination massive : « Nous avons donc envoyé 56 000 courriers aux assurés âgés de 16 à 24 ans, population la plus fréquemment concernée par le variant, et aux parents des bébés de 0-2 ans. »

Un variant plus dangereux ?

Bien que le nouveau variant de la méningocoque B ait entraîné un décès, il n'y a à ce jour « aucune indication particulière que ce variant serait plus dangereux ou plus contaminant », a affirmé la docteure.

Cette bactérie se transmet par contact prolongé avec un porteur sain du germe, via des toussotements ou des postillons. L'infection provoque de la fièvre, des maux de tête, de...


Lire la suite sur LeJDD