Autriche: vaccination express contre la grippe pour les Viennois dans un tramway

·2 min de lecture

Les Viennois peuvent se faire vacciner gratuitement contre la grippe dans un tramway, stationné, selon les jours, à différents endroits de la ville. La municipalité a en effet lancé une vaste campagne de vaccination contre la grippe pour éviter que les hôpitaux, mobilisés par le coronavirus, soient débordés.

Avec notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace

Pour se faire vacciner gratuitement contre la grippe, les Viennois ont le choix : ils peuvent se rendre dans les cabinets médicaux partenaires ou dans les centres mis en place par la ville, dont l’un est un tramway.

Stationné ce matin en plein centre-ville, les Viennois sont nombreux à venir s’y faire vacciner. « C’est très rapide : on entre par une porte, on se fait vacciner et l'on ressort par une autre. Ça m'a pris cinq minutes ! » raconte ravi un habitant. L’efficacité, c’est aussi ce qui a rassuré cette Viennoise : « C’est bien, car ce n'est pas compliqué. Normalement quand on va chez le médecin il faut attendre, parfois avec d'autres malades dans la même pièce. Ici, ce n'est pas le cas. »

Soulager les médecins

Cette opération fait partie d’une vaste campagne lancée par Vienne pour tripler le taux de vaccination contre la grippe et atteindre 25 % afin de soulager médecins et hôpitaux, déjà mobilisés par le coronavirus, explique Peter Hacker, en charge de la santé à la municipalité. « Nous n'avons pas encore atteint les capacités maximales de nos hôpitaux, mais il est nécessaire d'être préparés et d'envisager le pire scénario, assure Peter Hacker qui se veut vigilant. Nous nous sommes donc procuré trois fois plus de doses de vaccins que les années précédentes, soit plus de 400 000. »

Près de 85 000 personnes se sont déjà inscrites pour se faire vacciner dans le cadre de cette campagne. Ce tramway sera en place jusqu’au 13 novembre. La campagne continuera jusqu’au mois de mars 2021.

►À écouter aussi : Reportage - Autriche : la situation sanitaire se dégrade, l'État critiqué pour sa gestion de la crise