Autriche : soupçonné de corruption, le chancelier Sebastian Kurz quitte le pouvoir

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Il est parti sans rien céder à ses accusateurs. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, soupçonné de corruption, a annoncé samedi qu'il démissionnait de ses fonctions. Il a proposé le nom d'Alexander Schallenberg, le ministre des Affaires étrangères, pour le remplacer. "Il serait irresponsable de glisser vers des mois de chaos ou d'impasse", a-t‑il expliqué devant la presse, tout en se disant innocent. La position du plus jeune dirigeant européen, un conservateur, était devenue intenable. Depuis plusieurs jours, les appels à la démission se multipliaient, notamment chez les Verts, ses partenaires de coalition. Une motion de censure au Parlement était prévue pour mardi.

Ses adversaires y voient une ruse

L'affaire qui lui vaut cette disgrâce remonte à 2016, une époque où le jeune Viennois n'était pas encore aux commandes du pays mais dirigeait déjà, à 27 ans, la diplomatie de son pays. Jusqu'en 2018, le ministère des Finances, détenu par son parti, aurait favorisé la publication d'articles élogieux et d'études d'opinion partiellement manipulées favorables à Kurz en échange d'achat d'espace publicitaire. Fin 2017, ce fils d'un ingénieur et d'une professeure de lycée accédait à la chancellerie.

Sa démission ne signifie pas pour autant un retrait de la vie politique. Il a annoncé prendre la tête de son groupe parlementaire. Ses adversaires y voient une ruse lui permettant de bénéficier de l'immunité due à un mandat.


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles