Autriche : une chirurgienne condamnée pour avoir amputé la mauvaise jambe

·2 min de lecture

Une chirurgienne a été condamnée mercredi en Autriche à une amende pour avoir amputé la mauvaise jambe d'un patient, a indiqué mercredi le tribunal régional de Linz (nord). Elle avait marqué la mauvaise jambe du patient de 82 ans avant l'opération en mai dernier et ne s'était rendue compte de son erreur que deux jours après.

Une chirurgienne a été condamnée mercredi en Autriche à une amende pour avoir amputé la mauvaise jambe d'un patient, a indiqué mercredi le tribunal régional de Linz (nord). Saisi par le parquet, le juge a reconnu coupable de "blessure par négligence grave" la prévenue de 43 ans, qui a plaidé "l'erreur humaine", a déclaré une porte-parole de l'instance. Elle avait marqué la mauvaise jambe du patient de 82 ans avant l'opération en mai dernier à Freistadt et ne s'était rendue compte de son erreur que deux jours après.

5.000 euros de dommages et intérêts à la veuve du patient

Le tribunal a infligé une amende de 2.700 euros dont la moitié avec sursis sans préciser comment celle-ci a été calculée. Il a aussi accordé 5.000 euros de dommages et intérêts à la veuve du patient, décédé entre-temps, qui s'était constituée partie civile. La chirurgienne dénonçait une faille dans la chaîne de contrôle en bloc opératoire. Elle a depuis changé de clinique et peut encore faire appel du jugement.

La direction de l'établissement a fait savoir dans un communiqué que "les causes et les circonstances de cette erreur médicale avaient été analysées avec précision". Les procédures internes ont été discutées avec l'équipe et des formations ont été suivies.

Retrouvez cet article sur Europe1

VIDÉO - Philippe Croizon : Quadri-amputé, il envoie un tweet à Elon Musk pour l’envoyer dans l’espace et l'improbable se produit

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles