Autriche: après l'attaque, les Viennois inquiets pour le futur du pays

·2 min de lecture

Vienne, la capitale autrichienne, reste endeuillée par l’attentat qui a fait 4 morts et plusieurs blessés lundi 2 novembre. L’émotion y est encore vive. L’assaillant, abattu par la police le soir de l’attaque, était un sympathisant du groupe Etat islamique. L’organisation a revendiqué cet attentat.

Avec notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace

Difficile de passer à autre chose pour Michaela Strobl. Cette Viennoise se trouvait dans le centre historique au moment de l’attentat, non loin des lieux attaqués.

« J'étais à vélo, j'ai alors dû rentrer dans un immeuble, l'un des habitants très gentils m'a invité dans son appartement avec trois autres personnes. C'était assez stressant. Aujourd’hui, il y a encore beaucoup de policiers dans les rues et je n'aime pas trop ça. Mais avec le temps, ça va passer, on va se tranquilliser. »

Peur de l'avenir

Robert Kellner, un jeune professeur, reconnaît avoir quelques inquiétudes pour l’avenir : « Dans les prochaines années, de nombreuses personnes qui sont en prison car partisans de l’organisation Etat Islamique vont sortir et cela fait tout de même un peu peur. On se dit que si sur dix d'entre eux, trois ont l'idée de faire quelque chose pour nuire à la société, ce serait une catastrophe. »

Cet attentat aura des conséquences profondes pour l’Autriche, prédit Heinz, un Viennois d’une quarantaine d’années. « C'est un événement tellement énorme pour l'Autriche qu'il va y avoir beaucoup de débats notamment sur notre manière de gérer la violence. »

Ce jeudi encore plusieurs hommages sont prévus, dont un de l’IGGÖ, l’instance représentative des musulmans d’Autriche. Pour sa part, le président français Emmanuel Macron se rendra à Vienne lundi prochain.

►À lire aussi : Après l’attaque à Vienne revendiquée par l’EI, des proches de l’assaillant arrêtés