Autotests dans les lycées face au Covid-19: ces profs sceptiques

Melissa Makaya
·Journaliste Life & Culture
·1 min de lecture
Le déploiement des autotests dans les lycées laissent ces profs plus que sceptiques (photo d'illustration). (Photo: DAMIEN MEYER/Getty Images)
Le déploiement des autotests dans les lycées laissent ces profs plus que sceptiques (photo d'illustration). (Photo: DAMIEN MEYER/Getty Images)

CORONAVIRUS - Jean Castex s’est exprimé jeudi 22 avril lors d’une conférence de presse et a annoncé de nouvelles mesures aux côtés des ministres de l’Education Jean-Michel Blanquer, de l’Intérieur Gerald Darmanin et de la Santé Olivier Véran. Parmi les principales annonces, la généralisation des autotests en milieu scolaire, en premier lieu au lycée.

Ces autotests seront proposés à tous les personnels de l’Éducation nationale qui le réaliseront à la maison dès la rentrée du 26 avril, à hauteur de deux tests par personne et par semaine. Puis, à partir du 10 mai, tous les lycéens y seront soumis chaque semaine, d’abord au sein de leur établissement puis chez eux si l’expérience s’avère concluante. La Haute Autorité de Santé doit encore se prononcer “en début de semaine prochaine” sur leur utilisation par les moins de 15 ans.

S’ils reposent sur le même principe de base que les tests antigéniques jusqu’à présent effectués en pharmacie, les autotests sont censés être “très simples à faire” et indolores, a souligné Jean-Michel Blanquer. Il n’est notamment pas nécessaire de fouiller aussi loin au fond de son nez qu’avec les tests antigéniques.

“Je ne suis pas une infirmière”

Cela n’a pas empêché certains professeurs de partager leur mécontentement sur les réseaux sociaux face à cette mesure, censée valider la stratégie de réouverture des écoles du gouvernement malgré une épidémie qui reste à un niveau très élevé.

Pour cette prof de SES, cette requête n’...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.