Autoroutes : une proposition de loi du Sénat veut encadrer la rentabilité des concessionnaires

Pierre Maurer
·2 min de lecture
Peage Autoroute A7
Peage Autoroute A7

Au-delà de 2022, « les dividendes versés par les sociétés concessionnaires d’autoroutes atteindraient environ 40 milliards d’euros, dont 32 milliards pour Vinci et Eiffage ». C’est l’effarant constat du rapport sénatorial du 16 septembre 2020, concluant la commission d’enquête sur le contrôle, la régulation et l’évolution des concessions autoroutières. Décidée en janvier dernier à l’initiative du sénateur du groupe Union centriste, Vincent Delahaye, l’instance a auditionné les principaux acteurs de ce dossier sensible : Dominique de Villepin, Premier ministre lors de la privatisation polémique des autoroutes, tout comme ceux à l’origine du protocole d’accord, très favorable aux sociétés d’autoroutes, signé en 2015 : Ségolène Royal, Élisabeth Borne, qui était alors sa directrice de cabinet, Christian Eckert, ou encore Alexis Kohler, aujourd’hui secrétaire général de l’Elysée.

Des concessions ultra-rentables

Pour rappel, la privatisation de 2006 a rapporté à l’Etat 14,8 milliards d’euros, qui ont permis de réduire sa dette et de renforcer l’agence de financement des infrastructures. Mais voilà, selon les analyses réalisées pour la commission d’enquête, « il apparaît que les perspectives de rentabilité sont très supérieures aux estimations initiales », relève Bruno Retailleau, sénateur Les Républicains de la Vendée. « La rentabilité des actionnaires attendue serait atteinte autour de 2022 », « autrement dit, la durée de ces concessions serait trop longue d’environ 10 ans », dit le rapport. Les dividendes cumulés sur 2020-2036 « seraient de l’ordre de 20,7 milliards d’euros »… Au terme des concessions, l’affaire, source de superprofits, devrait donc être ultra-rentable.

Face à cette situation, le rapport sénatorial entend préparer la fin des concessions et appelle à ne plus prolonger la durée de celles-ci. Les élus écartent un rachat anticipé des (...) Lire la suite sur Public Sénat

Michelle Perrot : « Les féministes sont des légalistes, leur combat a toujours été mené par les lois »

L’Europe au chevet de sa jeunesse ?

États-Unis : « La main-d’œuvre composée par les personnes en situation irrégulière est indispensable au pays »

Pour les sénateurs de Moselle, la fermeture des frontières allemandes serait « contre-productive »

« Islamo-gauchisme » : « Frédérique Vidal ferait bien de s’occuper de la détresse des étudiants », tance Stéphane Troussel