Les autorités sanitaires confirment un lien entre nitrites et risque de cancer

Tant aimée des Français, la charcuterie serait bien un ennemi pour leur santé. (Photo d'illustration)  - Credit:TOBIAS SCHWARZ / AFP
Tant aimée des Français, la charcuterie serait bien un ennemi pour leur santé. (Photo d'illustration) - Credit:TOBIAS SCHWARZ / AFP

Le verdict est tombé et risque de chambouler les assiettes françaises, pour le bien des consommateurs. Les autorités sanitaires françaises confirment « l'existence d'une association entre le risque de cancer colorectal et l'exposition aux nitrates et nitrites », notamment via la viande transformée, dans un avis publié mardi 12 juillet à l'issue de plusieurs mois de travaux. L'Agence nationale de sécurité alimentaire (Anses) affirme que l'analyse des données des publications scientifiques parues sur le sujet « rejoint la classification du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ».

En 2015, le CIRC de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé la viande transformée, notamment la charcuterie, comme cancérogène (catégorie 1). Elle favoriserait, entre autres, les cancers colorectaux qui tuent près de 18 000 personnes par an en France. Les nitrites ingérés sont, quant à eux, considérés comme des cancérogènes probables (catégorie 2A).

À LIRE AUSSICochonnaille ou cochonnerie ?

L'Anses « préconise de réduire l'exposition de la population aux nitrates et nitrites par des mesures volontaristes en limitant l'exposition par voie alimentaire ». Historiquement, les charcutiers recourent aux composants nitrés pour allonger la durée de conservation des produits et prévenir le développement de bactéries pathogènes à l'origine notamment du botulisme, une affection neurologique grave largement oubliée du fait des progrès sanitaires. Ce sont aussi ces compo [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles