Vers une autorisation de l'exploitation minière des fonds marins ?

Ifremer-Victor/Campagne Serpentine 2007

Le conseil de l'Autorité internationale des fonds marins (AIFM) s'ouvre ce lundi 31 octobre, à Kingston en Jamaïque. Cette réunion sera très importante, car elle pourrait ouvrir la porte à une exploitation minière des fonds marins. Ce qui suscite beaucoup d'oppositions.

La faille de Clarion-Clipperton n'est certainement pas la plus connue du grand public. Longue de 7 240 kilomètres, elle court au fond de l'océan Pacifique. Elle se retrouve néanmoins depuis quelques années au centre de nombreuses discussions. Le plancher océanique y regorge en effet de ressources encore inexploitées à ce jour. « Il s'agit de ressources minérales, de cobalt, de nickel, de manganèse »,explique Jean-Marc Daniel, le directeur du département Ressources physiques et écosystèmes de fond de mer à l'IFREMER. « Ces métaux, pour un certain nombre d'entre eux, sont principalement utilisés pour les véhicules électriques, dans les téléphones également. »

►À lire aussi : Minage en eaux profondes: «on ne peut pas parler d'exploitation durable, de toute façon»

Dans ce contexte, les ressources encore inexploitées des grands fonds suscitent beaucoup d'intérêt. Si à ce jour, il n'y a encore aucun contrat d'exploitation d'attribué, 31 licences d'exploration ont néanmoins été accordées par l'AIFM, l'Autorité internationale des fonds marins, qui régule le secteur., dont 19 dans la zone de Clarion-Clipperton.


Lire la suite sur RFI