Automobile : Des sous-traitants de Peugeot et Renault à l'arrêt dénoncent un manque de "patriotisme industriel"

Raphaël Ebenstein

Lourdement impactée par la crise du coronavirus, la filière automobile devrait bénéficier d'un "plan de soutien" d'ici 15 jours. C'est la promesse faite par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, sur franceinfo. Le gouvernement a déjà garanti un prêt de 5 milliards d'euros à Renault, mais les sous-traitants installés en France attendent toujours d'en voir la couleur. Ils espèrent bénéficier de contreparties en termes de commandes, alors qu'ils emploient plus de 70 000 personnes dans l'hexagone.

"Le carnet de commandes est quasiment vide", déplore Yannick Anglarès, le délégué CGT de l'usine Bosch de Rodez, dans l'Aveyron. Son entreprise de 1 300 salariés, spécialisée dans les injecteurs pour moteur diesel se posait déjà des questions sur l'avenir avant la crise sanitaire. Elle n'a repris qu'au ralenti depuis le mois dernier, avant de s'arrêter de nouveau cette semaine, faute de commandes. "La semaine dernière, on travaillait sur les commandes en retard… Maintenant qu'elles sont faites, on en attend d'autres de Peugeot ou de Renault", explique le délégué CGT.

Le modèle du patriotisme industriel allemand

Les syndicats ont donc envoyé un courrier au ministre de l'Économie. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi